0
Défense
Le Chef d'Etat-Major des Armées a remis sa démission
Le Chef d'Etat-Major des Armées a remis sa démission
© Ecpad

| yann cochennec

Le Chef d'Etat-Major des Armées a remis sa démission

Le général Pierre de Villiers, Chef d'Etat-Major des Armées, a remis sa démission au Président de la République qui l'a acceptée.

Le Président de la République, Emmanuel Macron est désormais à la recherche d'un nouveau Chef d'Etat-Major des Armées. Le général Pierre de Villiers a en effet remis sa démission ce mercredi 19 juillet et cette dernière a été acceptée. Des décisions logiques après la décision du gouvernement de réduire de 850 M€ le budget du ministère des Armées en 2017 dans le cadre d'économies globales pour un montant de 4,5 Md€. Malgré les efforts de la ministre des Armées, Florence Parly, Matignon et l'Elysée sont restés inflexibles. Le général Pierre de Villiers ne pouvait donc que remettre sa démission. "Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd'hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays", a déclaré le général Pierre de Villiers.

Le Sénat n'a pas manqué de réagir par la voix de Christian Cambon, le nouveau président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées. "Le Sénat a pu mesurer la très grande valeur du général de Villiers, apprécier sa parole vraie, admirer son courage et son intégrité. C'est un très grand serviteur de la Nation à qui la Commission veut dire son estime et sa reconnaissance", a déclaré Christian Cambon.

De son côté, Philippe Folliot, député "La République en Marche" du Tarn et membre de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale, a lui aussi rendu hommage au général Pierre de Villiers, ".... "un soldat qui fait honneur aux armes de la France, et qui a eu le courage de faire passer son sens de l'honneur et le soutien à ses idées et convictions au-dessus de tout". Tout en regrettant que "la Défense supporte à elle seule une fois de plus,..., plus de 20 % des efforts de réduction du déficit supplémentaire pour 2017", Philippe Folliot souligne que sa confiance dans l'objectif du Président de la République de porter le budget des Armées à 2 % du PIB en 2025 "est totale".

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription