0
Défense
Le chef d'Al-Qaïda tué par une frappe de missile R9X à Kaboul
Le chef d'Al-Qaïda tué par une frappe de missile R9X à Kaboul
© @natsecjeff

| Dorian de Schaepmeester 437 mots

Le chef d'Al-Qaïda tué par une frappe de missile R9X à Kaboul

Le chef de l'organisation terroriste Al-Qaïda a été éliminé grâce à une frappe de drone s'étant déroulée le 31 juillet en Afghanistan. La Maison-Blanche a confirmé la mort de l'émir Ayman al Zawahiri, touché par un missile "ninja" : le Hellfire R9X.

Un missile "ninja" à l'oeuvre : le R9X

Une fois de plus, la mouvance djihadiste Al-Qaïda se retrouve temporairement sans chef. Les États-Unis ont annoncé que la CIA (Central Intelligence Agency) a procédé à une frappe de drone sur Kaboul, en Afghanistan,  le dimanche 31 juillet. L'objectif : éliminer Ayman al Zawahiri, émir et chef d'Al-Qaïda depuis la mort d'Oussama Ben Laden en 2011 et l'un des principaux instigateurs de l'attentat du 11 septembre 2001 contre les États-Unis. Le terroriste était caché dans un bâtiment résidentiel de la capitale afghane, sur lequel l'attaque a été menée. L'homme se situait alors sur le balcon de la propriété, en vue du drone depuis lequel le missile a été tiré. 

Le lendemain, le président américain Joe Biden s'adressait à ses citoyens lors d'une allocution, suivie par des communiqués des forces armées détaillant le déroulé de l'opération. Un missile Hellfire R9X a été tiré d'un drone armé, possiblement un MQ-9 Reaper. La spécificité de la munition utilisée est qu'elle ne contenait pas d'explosif et n'a tué que sa cible. Le R9X, secrètement déployé en 2017, est un missile air-sol Hellfire modifié gagnant en vitesse grâce à l'énergie cinétique et équipé de six lames se déployant peu avant l'impact. Ce système novateur tranche avec les précédentes itérations des AGM-114, le remplacement d'une charge explosive par des lames permettant d'éviter de potentielles victimes collatérales. Rapide, le missile peut atteindre une vitesse de 1 000 km/h avant l'impact. 

Le missile AGM-114M Hellfire exposé lors d'un salon en 2006.
Le missile AGM-114M Hellfire exposé lors d'un salon en 2006. © Stahlkocher, Wikimedia Commons
Le missile AGM-114M Hellfire exposé lors d'un salon en 2006.
Frappe supposée d'un missile R9X dans la province d'Idlib, en Syrie.
Frappe supposée d'un missile R9X dans la province d'Idlib, en Syrie. © MEMA Missiles, Bellingcat
Frappe supposée d'un missile R9X dans la province d'Idlib, en Syrie.

Un missile en service depuis 2017

Utilisés depuis 2017, les R9X sont rendus publics depuis 2019, année durant laquelle plusieurs frappes sont menées sur des cibles djihadistes au Proche et Moyen-Orient. En 2020, de nombreuses sources et internautes documentent l'élimination de Sayyaf al-Tunisi, l'un des leaders d'Al-Qaïda dans la province d'Idlib, dans le nord de la Syrie. Au cours de ces multiples opérations, toujours dirigées par la CIA, ce sont des drones Reaper qui sont engagés, lancant les missiles à plusieurs centaines de mètres au-dessus du sol. La photo ci-dessus, publiée sur Twitter, démontre la précision de la munition et la violence de l'impact, tuant sur le coup le conducteur du véhicule. 

Officiellement, seuls les États-Unis sont détenteurs du R9X, arme restée "secrète" durant plusieurs années. Des observateurs indiquent cependant que les manoeuvres opérées par les forces de défense israéliennes (IDF) pourraient laisser penser que l'État hébreu est en possession de ce missile Hellfire d'un nouveau genre. En 2021, Tsahal procédait à l'exécution d'un chef du Hamas, à proximité de Gaza. Les effets de la frappe aérienne, visibles sur diverses photos publiées sur les réseaux sociaux, présentaient alors des similarités avec ceux du R9X américain. 

anti-terrorisme Etats-Unis drone armé missile Hellfire


Répondre à () :

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité