0
Industrie
L'Airbus H160 monte en puissance
L'Airbus H160 monte en puissance
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy 338 mots

L'Airbus H160 monte en puissance

Toujours dans l'attente d'une certification FAA d'ici la fin de 2021, l'Airbus Helicopters H160 est entré dans une phase de production avec le premier exemplaire destiné à la Marine.

Quatre à cinq H160 en vol

« Quatre à cinq H160 étaient en vol cette semaine dont les deux prototypes et les premières machines client», révélait vendredi 11 juin Olivier Gensse, pilote d’essais d’Airbus Helicopters le plus capé sur l’appareil (1200 heures). L’appareil, déjà certifié AESA en 2020, doit désormais franchir le seuil de la certification par la FAA pour être exploité aux Etats-Unis. Selon le pilote, ce sont les rigidités de déplacement liées au covid-19 qui « l’ont retardé », et rien d’autre. Airbus Helicopters a même envisagé, en plan B, d’envoyer un H160 par voie maritime aux Etats-Unis, mais a priori c’est plutôt une équipe américaine qui devrait venir à Marignane cet été pour les vols, ouvrant la voie à une certification espérée « d’ici la fin de l’année ». 

Compléments de configuration

Des compléments de configuration sont aussi testées, dont un marche-pied escamotable pour la version corporate, ou des filtres d’entrée d’air pour les environnements sablonneux ou poussiéreux : ils étaient visibles sur un appareil devant lequel Olivier Gensse s’est exprimé face à des membres de l’Association des journalistes de défense. Sur une quarantaine d’appareils en commande, cinq H160 progressent sur la ligne d’assemblage de Marignane, dont un appareil qui intéresse la Marine, le premier appareil qui sera livré à Babcock pour utilisation par la flottille 32F, à Lanvéoc-Poulmic, l’an prochain. 

Six H160 loués pour la Marine

En plus de la configuration de base H160 civile, il disposera d’une boule Euroflir 410, un treuil, une capacité corde lisse, un bac d’égouttement, un interrogateur AIS, une capacité jumelles de vision nocturnes, un goniomètre et un aménagement intérieur pour prendre en compte des patients. Désormais six appareils seront loués pour les bases de Lanvéoc-Poulmic (deux appareils en 2022 et un troisième mi-2023), Cherbourg (un appareil début 2023) puis Hyères (deux appareils mi-2023). Des contrats sont attendus en 2021 pour la série française du Guépard, et les 10 H160. L’évolution la plus notable à bord du Guépard sera l’intégration d’une avionique Thales FlytX, dotée d’écrans plus grands, remplaçant l’Helionix d’Elbit sur la version civile.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription