1
Industrie
L'Airbus A330-900 à 251 tonnes certifié
L'Airbus A330-900 à 251 tonnes certifié
© Airbus

| La rédaction

L'Airbus A330-900 à 251 tonnes certifié

Au terme d'une campagne d'essais lancée au mois de février dernier, l'EASA a certifié la version de l'Airbus A330-900 à masse maxi au décollage de 251 tonnes que Corsair va exploiter.

Le premier Airbus A330-900 pour Corsair

Corsair sera la première compagnie aérienne à mettre en service à l'Airbus A330-900 à masse maxi au décollage de 251 tonnes que vient de certifier l'EASA ou AESA (Agence européenne pour la sécurité aérienne). Une certification qui clôture une campagne d'essais commencée en février dernier avec un premier vol le 28 de ce mois et complètement occultée par la crise qui secoue la filière aéronautique civile. La certification de la version similaire du "petit frère", l'Airbus A330-800, est programmée pour 2021. Les deux long-courriers sont propulsés par du Rolls-Royce Trent 7000.

Un range qui franchit les 13 000 km

Dans sa version "MTOW" poussée à 251 tonnes et donc plus d'emport carburant, l'A330-900 voit sa distance franchissable franchir les 13 000 km pour atteindre les 13 300 km contre 12 100 km pour la version à 241 tonnes avec une capacité cabine passagers inchangée de 260 à 300 passagers selon les aménagements retenus par les compagnies aériennes. Avec ces 1 200 km supplémentaires, desservir Sydney de Dubai devient possible tandis que la couverture du marché nord-américain peut s'élargir à Boston, New York, Washington, toujours de Dubai. De Djakarta, c'est la couverture du marché européen qui est élargie aux trois principaux marchés : Grande-Bretagne, France, Allemagne.

En complément de l'A350

Pour pousser la MTOW ou masse maxi au décollage des A330neo, les ingénieurs d'Airbus ont une nouvelle fois travaillé sur des renforcements structuraux tout en cherchant le plus possible à éviter de dégrader la masse à vide tandis que les trains d'atterrissage ont été une nouvelle fois adaptés pour tenir la nouvelle masse maxi (6,5 tonnes de plus, ce n'est pas rien pour un train d'atterrissage/ndlr) avec un intervalle de remplacement qui est passé de 10 à 12 ans et donc des économies de maintenance à la clef.

En poussant la distance franchissable de ses A330neo, Airbus joue plus que jamais la carte de la complémentarité des deux avions avec les A350 dont le range est certes toujours supérieur (mais pas toujours utilisé par les compagnies aériennes/ndlr) et avec une capacité (300-350 sièges pour l'A350-900) qui permet aux opérateurs d'adapter leurs offres en sièges en fonction de l'évolution de la demande sur une ligne donnée.

Répondre à () :


Captcha
Bill | 12/10/2020 12:01

Bravo Airbus !!!!!

| | Connexion | Inscription