0
Défense
La Marine recevra ses trois premiers Airbus Dauphin N3 le 1er décembre
La Marine recevra ses trois premiers Airbus Dauphin N3 le 1er décembre
© Héli-Union

| Jean-Marc Tanguy

La Marine recevra ses trois premiers Airbus Dauphin N3 le 1er décembre

Reconditionnés par Héli-Union, les trois premiers Airbus Dauphin N3 rejoindront la base d'aéronautique navale de Hyères, première équipée.

Reconditionnés par Héli-Union

Ces Airbus Dauphin N3 sont reconditionnés par Héli-Union en France, en Norvège (deux appareils actuellement) et chez Hélidax dans les Landes. Le reste sera ensuite livré à la cadence de trois appareils par an en métropole (Lanvéoc) et outremer (Antilles, Réunion, Nouvelle-Calédonie, Polynésie). Le contrat de location FLIHPER (pour FLotte Intérimaire HélicoPtères EmbaRqués), couvrant dix ans d’exploitation, inclut un objectif de disponibilité extrêmement élevé (supérieur à 90%) que l’industriel dit pouvoir tenir grâce à sa connaissance de l’exploitation de l’offshore. Pas forcément simple avec des configurations différentes, dont certaines très complètes (pilote automatique 4 axes, boule optronique Euroflir 410).

MCO partagée

Des lots de déploiement sont prévus en ce sens, et Héli-Union interviendra dans le Pacifique pour assurer les visites périodiques de maintenance.
Ailleurs, et notamment sur les navires d’emploi de ces appareils, la Marine assurera la maintenance en ligne. Environ 300 heures de vol seront générées par chaque appareil par an. Le contrat couvre aussi la formation initiale des pilotes et mécaniciens. Des QT de navigants ont aussi été assurées par la société dans son centre d’Angoulême. Ce sont des navigants de la Marine qui se chargeront du convoyage.

En attendant l'Airbus Guépard

A l’issue des dix ans, la Marine disposera de suffisamment d'Airbus Guépard pour pouvoir se passer de ces appareils. Une prolongation sera toujours possible si ce n’est pas le cas. Avec cette location, Héli-Union reconvertit ainsi son parc de Dauphin auparavant utilisés dans l’offshore (à l’exclusion d’un unique appareil), une belle martingale d’avoir réussi à faire d’un passif inutilisé par la crise de l’exploitation pétrolière une flotte de location au profit des Armées. Un exploit également réussi pour les trois H225 destinés à DGA EV.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription