advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


6
Défense
La fusée nucléaire de la Darpa
La fusée nucléaire de la Darpa

| Baptiste Guillou

La fusée nucléaire de la Darpa

Le Pentagone entend bien conserver son avantage dans la recherche spatiale et cette fusée pourrait bien révolutionner la guerre spatiale

Fusée nucléaire 

La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) vient de sélectionner Lockheed Martin, Blue Origin et General Atomics pour concevoir une fusée à propulsion nucléaire. Ce programme nommé DRACO (Demonstration Rocket for Agile Cislunar Operations) devrait pouvoir agir au-delà des orbites basses d’ici 2025. Dans le détail, General Atomics s’occupera du réacteur nucléaire quand à Blue Origin et Lockheed Martin se chargeront de la fusée et de son système de mission. Le coût de la première tranche du contrat serait de 27,6 millions de dollars pour la période 2021-2022.

Les avantages de la propulsion nucléaire 

Selon la DARPA, par rapport aux technologies conventionnelles de propulsion spatiale, la propulsion nucléaire thermique offre un rapport poussée/poids élevé environ 10 000 fois supérieur à la propulsion électrique et deux à cinq fois plus important que la propulsion chimique. Cette technologie serait donc idéale pour les manœuvres prolongées en orbite ou pour les missions dans l’espace lointain nécessitant des accélérations et des décélérations fréquentes. La zone d’action du DRACO sera cis lunaire (entre la Terre et la Lune) et devrait lui permettre d’atteindre des orbites allant jusqu’à 400 000 kilomètres. Ce faisant, les Etats-Unis pourraient ainsi déplacer à volonté des satellites de communication ou de renseignement, et positionner des armements au-delà des capacités de surveillance adverses.

Vers un Burevestnik américain ? 

Blue Origin, la société d’exploration spatiale du dirigeant d’Amazon, Jeff Bezos, continue son ascension. Cette entreprise se concentre sur une large gamme de produits spatiaux, allant de la fusée touristique New Shepard à un atterrisseur lunaire pour la NASA. Avec la montée en puissance spatiale des Etats-Unis, ces nouvelles sociétés privées (Blue Origin, SpaceX, PTScientists, Planetary Ressources) qui ont obtenu la confiance du gouvernement américain pourraient décrocher de nouveaux contrats stratégiques. Désormais tous les spécialistes considérent que Washington chercherait à répondre au missile de croisière russe à propulsion nucléaire, le Burevestnik ...

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha
L'amateur d'aéroplanes | 14/04/2021 22:51

60 ans après les premiers essais tout de même, la propulsion nucléaire spatiale commençait à se faire attendre...

Dejuly | 15/04/2021 12:14

Cette propulsion pour aller bien plus loin que? hydrogène illimité et alliance nucléaire par explosion multiples pour la vitesse serait plus normal . Que le moteur fusée nucléaire il y a DANGER

BONNET | 15/04/2021 14:01

Cette propulsion nucléaire utiliserait elle le principe des accélérateurs colisioneurs d'atomes comme source d'énergie ?!

PEYRIN | 15/04/2021 18:00

Quelqu’un a compris ? Moi, rien du tout

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription