2
Défense
La France devient souveraine sur les bouées acoustiques
La France devient souveraine sur les bouées acoustiques

| La Rédaction

La France devient souveraine sur les bouées acoustiques

Thales va développer le SonoFlash

Coopération Franco-Française 

Le 18 mars 2021, la DGA (Direction Général de l’Armement) a notifié à Thales le développement de SonoFlash, une bouée acoustique largable qui viendra renforcer les moyens de lutte anti-sous-marine, pour sécuriser le déploiement des navires et des SNLE. Ce projet lancé en 2016 par Thales et plusieurs ETI telles que Telerad, Sealgroup et Realmeca fournira ses premières bouées d’ici 2025 à la Marine Nationale. Le coût estimé du contrat est de « quelques millions d’euros » selon le MINARM.

Performances novatrices 

L’Atlantique 2 standard 6 sera le premier à en être équipé. Ces bouées seront aussi utilisées par les hélicoptères NH-90 Caïman Marine et sur les FREMM et futures FDI de la Royale. Il n’a pas été précisé si la future version du Guépard Marine en sera équipée. Dévoilée pour la première fois au salon Euronaval 2018, cette bouée entièrement numérique mesure 91,1 cm de hauteur pour un diamètre de 12,3 cm. Selon son constructeur, elle « surclassera les bouées acoustiques existantes avec une facilité d’emploi déconcertante » en associant un émetteur basse fréquence optimal et un émetteur passif hautement directif dans une seule capsule. Combinée aux autres moyens ASM, elle permettra aux plateformes d’élargir leurs zones de recherche, et de répondre plus rapidement aux manœuvres évasives des sous-marins.

Autonomie Stratégique 

Le besoin en bouées acoustiques pour la Marine Nationale va de 4500 à 7000 unités par an. Principale plus-value de cette commande, les marins ne dépendront plus de l’offre des sociétés américaines telles que Erapsco qui fournissait auparavant ces équipements stratégiques. Certaines rumeurs ont fait état de performances bridées et de captations des données collectées lors des opérations de maintenance au profit des forces américaines. Le site de production qui sera localisé à Brest permettra la création d’une trentaine d’emplois fixes. La France poursuit donc un triple but dans ce projet audacieux. Premièrement, regagner son autonomie stratégique face aux américains en créant cette filière d’excellence. Deuxièmement, élargir ses connaissances sur l’Atlantique Nord et la Méditerranée, principales zones d’actions des sous-marins. Et enfin, exporter ces bouées à ses partenaires Européens.

Répondre à () :


Captcha
Rouvier james | 23/03/2021 07:59

Bravo à la France les américains ont pas changer des guignols à brider nos bouees

FabruceM13 | 23/03/2021 18:33

Excellente nouvelle. On aura encore du mal à les vendre, mais au moins on retrouvera notre "souveraineté acoustique" si précieuse dans la Navale !

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription