8
Ukraine
Incendie majeur sur la base aérienne russe de Saky (Crimée) : plusieurs grosses explosions et 10 avions de combat détruits ou endommagés
Incendie majeur sur la base aérienne russe de Saky (Crimée) : plusieurs grosses explosions et 10 avions de combat détruits ou endommagés
© Reuters

| Gaétan Powis 858 mots

Incendie majeur sur la base aérienne russe de Saky (Crimée) : plusieurs grosses explosions et 10 avions de combat détruits ou endommagés

Le 9 août, plusieurs grandes explosions et panaches de fumée étaient visibles depuis l'Ouest de la Crimée : une base aérienne russe a subi de nombreux dégâts. Les Forces armées russes perdent ainsi 10 avions de combat Su-24 et Su-30 détruits ou endommagés au sol. Cette base étant à 215 km derrière la ligne de front, de nombreuses hypothèses peuvent être infirmées mais il n’est pas encore possible d’expliquer ce qui a provoqué cet incident majeur.

10 avions de combat détruits ou hors d'usage

Le 9 août, vers 15h20 (heure locale), plusieurs images et vidéos provenant de Crimée montraient de nombreuses explosions et une large colonne de fumée dans la région de Novofedorivka (Ouest de la Crimée, 50 km au Nord de Sébastopol). La ville comprend justement une base aérienne et les premières informations parlent d'une explosion dans un stock de munitions. Ce n'est pas exactement la situation sur place : grâce à des photos satellites prises la veille et des photos prises après l'incident, il est possible d'analyser les différents dégâts sur la base aérienne via la photo ci-dessous. Ce qui est particulièrement étonnant, c'est que les dégâts se retrouvent principalement dans une zone assez vaste (21 hectares) et que la ligne de front est éloignée, les premières troupes ukrainiennes étant situées à 215 km de la base en question.

Photo satellite détaillant les dégâts de la base aérienne russe de Saky (Crimée).
Photo satellite détaillant les dégâts de la base aérienne russe de Saky (Crimée). © Planet Labs (image satellite), Air&Cosmos (analyse)
Photo satellite détaillant les dégâts de la base aérienne russe de Saky (Crimée).

Ainsi, les Forces russes perdent :

  • 3 avions de combat multirôle Su-30SM détruits
  • 5 avions d'attaque au sol Su-24M détruits
  • 1 avions de combat multirôle Su-30SM probablement endommagé
  • 1 avions d'attaque au sol Su-24M endommagé
  • plusieurs bâtiments et stocks en plein air détruits ou endommagés à différents degrés

Certains véhicules de personnels travaillant sur la base sont également détruits suite à la chute d'objets allant du projectile à la poutrelle d'une structure métallique. Des camions militaires auraient également été détruits mais aucune image ne vient confirmer l'annonce.

Une vidéo (ici) montre aussi que l'avion de transport lourd Il-76 était en train de rouler au moment où les premières explosions commençaient à avoir lieu. L'incendie s'est aussi propagé à une grande partie des prairies situées entre les taxiways, expliquant ainsi la couleur ocre (avec encore quelques fumeroles) de la photo ci-dessus. D'ailleurs, il est possible de voir la différence de couleur de l'herbe intacte et l'herbe brûlée au Sud et Sud-Est de l'antique hydravion Be-12.

De plus, le tweet ci-joint montre que les explosions étaient assez puissantes. D'ailleurs, il est possible de trouver des images de bâtiments situés non loin de la base aérienne avec des dégâts légers (vitres cassées).

Une cause encore inconnue

Les hypothèses de la cause de cette catastrophe pour l'Armée russe sont nombreuses. Cependant, il est déjà possible d'en écarter quelques une :

  • une attaque par des M142 HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System) ou par des M270 MLRS (Multiple Launch Rocket System) est impossible puisque les roquettes GMLRS n'ont qu'une portée de 70 km (pour rappel, les lignes ukrainiennes les plus proches se trouvent à 215 km de la base aérienne de Saky).
  • le missile ATACMS (lancé depuis des HIMARS ou des MLRS) n'est - en tout cas pour l'instant, aux yeux du grand public - pas livré par les Américains aux Ukrainiens. L'administration Biden a d'ailleurs annoncé au début des livraisons d'HIMARS qu'elle n'enverrait pas d'ATACMS à l'Ukraine de peur que les Ukrainiens frappent le territoire russe. Or, pour la Russie, la Crimée est clairement assimilée à un territoire russe (pour rappel, annexé à l'Ukraine en 2014).
  • l'utilisation de Tochka-U n'est pas non une option valable puisque ceux-ci n'ont également pas une portée suffisante (version A ; 70 km et version B ; 120 km).
  • un raid aérien de la Force aérienne ukrainienne aurait déjà été annoncé par les Ukrainiens, au vu de son succès. Par ailleurs, il s'agit d'une zone fortement défendue... bien que, les Ukrainiens ont déjà démontré la faiblesse des systèmes antiaériens russes lors du raid de deux hélicoptères de combat Mi-24 sur Belgorod, en Russie (article centré sur le sujet).
  • utilisation de plusieurs missiles antinavires (le Neptune dispose d'une portée de +280 km) mais leur haut degré de précision sur des cibles terrestres (il s'agit de détruire des petits bâtiments ou des avions situés au sein de parking protégés nécessitant un impact direct ou presque direct).
  • un espace protégé avec des munitions et les stocks de kérosènes ne semblent pas avoir été touchés, de fait, une cigarette mal éteinte ou un incident lors de la manipulation de produits dangereux ne semble pas non plus à l'ordre du jour.

Par ailleurs, les dégâts sont éparpillés sur une zone de 21 hectares (soit un peu moins que les 24 hectares du Champs-de-Mars à Paris). Ainsi, il ne s'agit en tout cas pas d'une seule et unique erreur humaine ou d'un simple missile.

Enfin, d'autres hypothèses sont toujours ouvertes, comme par exemple, le raid de forces spéciales ukrainiennes, l'utilisation de plusieurs drones-suicides équipés d'explosifs ou de thermite (tel le drone civil Mugin-5 ayant attaqué la raffinerie de Rostov a les plus de 200km 26 juin), ou encore la mise en service du système de missile courte portée Hrim-2/Grim-2 (premiers essais en 2019, portée maximale - selon différentes sources - de 280 à 500 km), etc.

RUSSIE-UKRAINE Russie Crimée Su-30SM Su-24M Su-30 Su-24 Force aérienne russe


Répondre à () :

| 12/08/2022 22:44

Un responsable américain (sous anonymat) indique qu'ils n'ont pas encore fournis d'ATACMS

| 13/08/2022 15:14

jmarc G./// Si le plan B chez Dassault est opérationnel, j'en suis ravi. Visiblement, chez Dassault les Neurones fonctionnent bien, d'autant que l'Inde, la Grèce, les Emirats....Taiwan ....l'Armée de l'Air, l'Aéronavale...et j'en passe, ne s'en plaignent pas. Certains, sur cette plateforme, nous vantent, trop souvent les qualités du F35, celui-ci atteint à peine 30% de disponibilité sur toutes les bases où il est employé. La Norvège rompt le contrat avec Airbus Hélicos concernant les Nh90 marine, une brèche est ouverte dans ce genre d'initiative. Alors un pays, comme la Norvège, se lancerait-il dans cette procédure au sujet du F35 ??? Rien est écrit d'avance.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité