18
Défense
Exclu Défense :  Le Reaper toujours superstar de Barkhane
Exclu Défense :  Le Reaper toujours superstar de Barkhane
© jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy 367 mots

Exclu Défense : Le Reaper toujours superstar de Barkhane

Selon une statistique confidentielle transmise à Air&Cosmos le 7 janvier par l'EMA, Barkhane a frappé à 98 reprises en 2021 et 55 % de ces frappes ont été réalisées par le drone Reaper. [...] (367 mots)

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.

Répondre à () :

Petrau | 07/01/2022 16:48

L'utilisation de drones Male dans les conflits asymétriques devient une évidence aussi bien en terme d'efficacité qu'en terme de coût. Les drones Reaper sont performants. Ils n'ont que le seul défaut de nous mettre sous dépendance américaine. Toutefois, compte tenu de la faible probabilité de voir réalisé l'Eurodrone et de ses performances guère différentes de celles du Reaper malgré un poids et une motorisation double, il paraît opportun de passer à autre chose. Pourquoi ne pas définir un authentique Male 2G sous la responsabilité de Dassault. La réalisation d'une telle machine pourrait donner lieu, dans un second temps à une coopération du type de celle mise en œuvre pour la réalisation du Neuron, laquelle a prouvé son efficacité et sa maîtrise des coûts ?

Hannosset Étienne | 07/01/2022 17:36

Le problème est que Dassault n’est pas preneur d’une telle initiative. Du moins actuellement. J’ignore pourquoi. Par contre Airbus reste candidat.

Saint-Doux | 08/01/2022 00:11

Bonjour Etienne, qu'est-ce qui vous fait dire que Dassault ne serait pas favorable à la production d'un drone par ses équipes ? Le Rafale est désormais le succès que l'on sait et nécessite moins d'ingénieurs (les futures standards appellent surtout du travail chez Thales & co), le NGF n'est pas encore le relai d'emploi attendu, et Dassault a un savoir faire unique avec nEUROn. Safran et Thales peuvent aussi s'y coller si on s'en donne les moyens, mais une coopération avec Dassault en tête d'affiche semblerait plus que pertinente !

Hannosset Étienne | 08/01/2022 12:06

@Saint-Doux. Je me base simplement sur les FAITS. Tout d’abord, il faut manifestement rappeler que le Neuron n’est PAS une réalisation de Dassault ! Dassault n’est que l’initiateur et ensuite est devenu le maître d’œuvre MAIS la majorité des BREVETS appartiennent à AIRBUS, SAAB et LEONARDO qui ne sont évidemment pas d’accord de les céder à Dassault (surtout depuis que Dassault refuse de céder ses brevets pour la conception du SCAF) ! Ensuite, en 2018, quand la Belgique a acheté des drones MQ-9B SkyGardian, Dassault a confirmé qu’il n’était pas capable de construire un drone équivalent pour les motifs dont question ci avant. Enfin, c’est AIRBUS (Europe et pas France !) qui est en charge non seulement de l’Eurodrone mais surtout des drones du projet SCAF.

PeeF | 08/01/2022 10:02

Et voilà le travail, un avion monomoteur à hélice, piloté depuis le sol, couvre les besoins aériens dans un conflit techniquement asymétrique. Avec un pilote en vol dans un Tucano ou un Pilatus (aux frais du pays concerné), le résultat serait-il bien différent ?

Hannosset Étienne | 08/01/2022 15:07

Réponse en dessous...

Hannosset Étienne | 08/01/2022 15:05

Sans être un grand spécialiste des drones, j’imagine mal un pilote de Tucano ou de Pilatus décoler de France, survoler le Mali, partir survoler la Syrie, revenir surveiller le Niger et se poser en France 40 heures plus tard.

PeeF | 09/01/2022 10:22

Il n'est pas question de se passer des drones pour l'observation. Ces derniers ont il est vrai une autonomie record, par rapport à un avion piloté. Cependant ces drones décollent d'un terrain à proximité des "évènements" et non pas de France. Ma remarque concernait l'utilisation d'avions à réaction sophistiqués et couteux alors que des bombardements peuvent être confiés à des avions à hélice, LESQUELS SONT ÉCONOMIQUEMENT A PORTÉE DES AUTORITÉS LOCALES. Pour être clair ne plus être à la charge du contribuable européen.

Hannosset Étienne | 10/01/2022 14:33

@PeeF. En réalité, ce n’est pas le contribuable européen qui paye, c’est le contribuable français exclusivement... Les fonds européens sont exclusivement destinés à des missions limitativement énumérées et non pas aux "bombardements"... Pourquoi les pays africains paieraient ils ? Ils n’ont pas besoin de la France qui peut être remplacée par la Chine. Par contre, la France a besoin d’uranium...

Petrau | 08/01/2022 16:26

@ Saint Doux. Si je peux me permettre de vous apporter quelques précisions sur les responsabilités de Dassault à propos du Neuron. La société est maître d'œuvre UNIQUE.. Elle a la responsabilité du système de vol, de l'assemblage, des essais au sol et en vol (même si pour ces derniers, certains ont eu lieu en Suède et en Italie). Ces tâches représentent environ 50% du total des tâches. Si vous souhaitez évaluer la part de la seule France, il faut ajouter la liaison de données OTAN réalisée par Thales et le train d'atterrissage réalisé par Safran. Le moteur est 50/50 RR/Safran. A vous de juger si la part de Dassault se réduit à peu de chose. Cordialement

Hannosset | 08/01/2022 22:56

Ce que vous écrivez est exact. MAIS, sur sa part du travail, Dassault n’a AUCUN NOUVEAU BREVET ! Des brevets sur l’assemblage et les essais, ça n’existe pas.

Petrau | 08/01/2022 16:37

@ Saint Doux. Une ultime précision : en ce qui concerne Airbus, c'est Airbus Espagne (ex. Casa) qui a travaillé seule sur le projet Neuron pour un montant de 35 M€ sur un total du projet de 405 M€. Bien cordialement.

Hannosset | 08/01/2022 22:59

C’est exact. MAIS c’est AIRBUS qui a les brevets et pas sa filiale espagnole. Vous pouvez vérifier, c’est vrai. Je vérifie toujours mes sources.

Petrau | 09/01/2022 09:28

@Saint Doux. J'oubliais, en 2014 le très réputé magazine américain Aviation Week attribuait le 1er de ses Laureate Award, catégorie Defense à Dassault Aviation pour le Neuron. Ce qui est exceptionnel, ce prix étant généralement attribué à un constructeur américain. Un joli coup de chapeau !

Hannosset Étienne | 10/01/2022 14:40

EXACT ! Quand l’Europe intervient pour soutenir un projet, la réussite est au rendez-vous ! Airbus aviation, les fusées Ariane, les satellites Galileo, etc, ne sont que des exemples que les Américains nous envient.

Petrau | 10/01/2022 15:59

Vouloir à tout prix avoir le dernier mot est le petit plaisir des gens qui n'ont rien à dire. Il ne manque que le "Na.!" des adolescents boutonneux.

Hannosset Étienne | 10/01/2022 19:15

Loin de moi l’idée de vouloir avoir le dernier mot. Par contre, je considère que la vérité a ses droits et qu’il faut la rétablir face à la propagande boufonne. NA !

Soumare | 12/01/2022 13:48

Abou

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription