0
Défense
Euronaval online : crise sanitaire oblige, le salon évolue
Euronaval online : crise sanitaire oblige, le salon évolue
© Euronaval

| BOQUET Justine

Euronaval online : crise sanitaire oblige, le salon évolue

Le 19 octobre, Euronaval online, la version digitale du salon Euronaval, a ouvert ses portes, en ligne. La crise sanitaire a forcé les organisateurs à repenser cette édition et à imaginer une façon dématérialisée de réunir les acteurs du domaine maritime.

Transformer Euronaval.

A l'occasion d'une conférence de presse tenue le 14 octobre dernier, le GICAN et la Sogena ont pris la parole afin de présenter Euronaval online, nouveau format donné au salon Euronaval qui devait se tenir au Bourget et qui sera finalement organisé de façon virtuelle, à travers une plateforme digitale. « Nous avons dû créer une nouvelle expérience et conduire une transformation extrêmement rapidement. En moins de trois semaines nous sommes parvenus à convertir le salon en un format entièrement numérique », a ainsi déclaré Hervé Guillou, président du GICAN. Cette conversion du salon, poursuit-il, « démontre la résilience de l'industrie navale mais également les défis auxquels elle devra faire face ». Car en effet, si le salon a pu rapidement être repensé, l'annulation de son format physique pour cause de crise sanitaire souligne à nouveau l'impact du Coronavirus sur l'industrie française.
 

Une industrie navale porteuse.

Alors que l'industrie navale représentait en 2019 un chiffre d'affaires de 12,3 Md€ (dont 6,3Md€ pour les activités militaires), elle est également porteuse en matière RH puisqu'elle représente un vivier de 48 000 emplois en 2020. Les perspectives de recrutement avant la crise étaient également réjouissantes et s'élevaient à 10 000 personnes. Désormais, difficile d'avoir une idée sur les chiffres tant que nous ne serons pas véritablement sorti de cette crise, qui « a marqué un coup d'arrêt brutal », rappelle Hervé Guillou. Si l'industrie navale a fait preuve de résilience en poursuivant ses activités militaires (on pense notamment aux essais du Suffren) elle n'en a pas moins été touchée par les mesures de télétravail et de distanciations sociales, de même que par la limitation des déplacements. Alors qu'en 2019, en France, l'industrie navale représentait la plus grosse part des prises de commandes d'armement, reste désormais à savoir comme l'export sera impacté par la crise. Et c'est notamment dans le sens que le GICAN et la Sogena ont fait le choix de maintenir le salon, afin de soutenir les relations commerciales des industriels du domaine. Le soutien à l'export est désormais indispensable au maintien de la filière française. A côté de cela le GICAN pousse pour une action de l'Etat visant à sécuriser les grands programmes (tels que le SNLE de 3ème génération) et une meilleure prise en compte du naval dans le financement des études amont. Ce soutien permettra dès lors de soutenir l'innovation, et ainsi de renforcer la compétitivité de la France à l'export en lui permettant d'imaginer « le navire du futur », souligne Hervé Guillou.
 

Automatisation des navires.

Dans ce sens le GICAN a lancé début octobre un appel à projets sur le thème de l'automatisation des navires, avec pour ambition de rendre les bateaux plus autonomes. Un projet qui nécessite alors de prendre en compte plusieurs technologies. Les data centers devront permettre de traiter les informations collectées par les systèmes embarqués. Des capacités de sécurisation devront également être développées afin de faire face à la vulnérabilité des systèmes. Pour cela, l'enjeu cyber devra être pris en compte, aussi bien au niveau des navires, des chantiers que des ports. Enfin, l'intelligence artificielle représentera une brique centrale dans l'aide à la décision. Et ce aussi bien à bord des navires que des systèmes embarqués, tels que les drones. Les réponses des industriels sur ce projet sont attendues pour le 7 novembre et devraient démontrer à nouveau les capacités de l'industrie à innover.

 

Cette semaine, Air&Cosmos consacre un dossier à l'aéronavale

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription