21
Défense
Eurodrone : Airbus choisit la motorisation Catalyst
Eurodrone : Airbus choisit la motorisation Catalyst
© GE Aviation

| La rédaction 321 mots

Eurodrone : Airbus choisit la motorisation Catalyst

Airbus a finalement choisi le moteur Catalyst de Avio Aero, filiale de GE Aviation, entièrement conçu et développé en Europe. Sans oublier qu'il est complètement "ITAR Free" et donc exportable en "toute liberté".

Airbus : "Le Catalyst, la meilleure solution"

Maître d'oeuvre du programme militaire européen Eurodrone, Airbus Defence and Space vient de sélectionner la motorisation de ce drone MALE (grande endurance moyenne altitude) dont le contrat de développement a été signé le jour même de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Airbus a

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.

Airbus Eurodrone Avio Aero GE Aviation Catalyst Airbus Defence and Space


Répondre à () :

Hannosset | 25/03/2022 17:27

C’est grâce à la concurrence que l’Eurodrone disposera de la meilleure motorisation. Il faut également souligner que l’USAF envisage également l’achat de cette motorisation pour ses King Air NG. Les USA avaient déjà accepté de respecter la législation italienne et donc le caractère ITAAR FREE.

Julie | 25/03/2022 17:37

Bravo à GE pour son succès. Je n'écris rien de plus puisque je suis censuré quand je donne un point de vue politiquement incorrect sur l'Eurodrone.

Hannosset | 25/03/2022 18:05

Décidément vous êtes incapable de faire la différence (je l’ai régulièrement observé... ) entre une filiale et une succursale !!!

Sim | 25/03/2022 17:54

Elle est où l'indépendance européenne ds ce choix et on va financer americain avec l'argent du contribuable, déjà que les entreprises us vont se gaver avec la guerre en Ukraine, eh oui la guerre fait des heureux aussi

Hannosset | 25/03/2022 18:12

Qu’est ce que les Américains viennent faire ici ??? C’est pourtant clairement écrit dans l’article ! Avio Aero n’est qu’une filiale, PAS UNE SUCCURSALE !!! de GE !!!!! Avio Aero est une société ITALIENNE dans laquelle GE AVIATION n’a aucun pouvoir financier ou de management !!!!

forêt10 | 25/03/2022 18:58

La Riposte d'Hannosset sur l'article de Sim est fausse: Voici le titre des médias US: US-owned Avio Aero wins race to make ‘Eurodrone’ engines Prime contractor Airbus announced it had selected the Catalyst, an engine developed by GE Avation-owned Avio Aero, to power the flagship drone, due to be procured by Italy, France, Germany and Spain.

Hannosset | 25/03/2022 19:20

@forêt10. AU CONTRAIRE, les médias US confirme ce que j’ai écrit. Ils écrivent "OWNED" !!! Et donc, ils confirment que Avio Aero est une FILIALE ! Vous comprenez la différence? GE n’est qu’ACTIONNAIRE pas dirigeant ! Avio Aero peut à tout moment décider d’une recapitalisation ! Vous comprenez que c’est le droit italien qui s’applique ?

Julie | 25/03/2022 23:29

@foret10. En complément de vos informations, je confirme que GE a acheté ce qui allait devenir Avio Aero en 2013 pour la somme de 4,3 milliards de dollars. GE en est l'unique propriétaire et l'état-major d'Avio décline la politique définie par GE comme le fait toute filiale d'un actionnaire unique ou majoritaire

Hannosset | 26/03/2022 10:43

C’est ce que j’essaye (en vain !) de vous faire comprendre !!! GE n’est que le propriétaire, pas celui qui dirige ! FILIALE !!! OWNED !!! Quand vous louez une villa sur la Côte d’Azur, pour y passer vos vacances, c’est le PROPRIÉTAIRE de la villa qui est celui qui décide du déroulement de vos vacances ??? Que dit le droit européen sur l’indépendance directionnelle des filiales ??? Il est temps que vous achetiez les mises à jour du droit commercial européen !!! Pfffff ...

Hannosset | 26/03/2022 10:51

Combien d’années de prison (pour conflit d’intérêt) risque un administrateur d’une filiale qui ne fait pas preuve d’indépendance vis à vis des actionnaires ? Pffff...

Julie | 26/03/2022 13:45

@foret10. Pour être certain d'être exhaustif : les membres du conseil d'administration d'une entreprise sont nommés par les actionnaires, ceci en droit français, mais je doute fort que cela soit différent en droit italien. Ces administrateurs ont, entre autres, la charge de veiller à la bonne mise en œuvre des décisions stratégiques de l'entreprise telles qu'ils les ont définies. Ceci en droit français, et je doute fort que cela soit différent en droit italien. Au cas d'espèce d'Avio, c'est GE en tant que propriétaire de l'entreprise, qui décide de qui sont les administrateurs, lesquels sont chargés, entre autres, de veille à la bonne mise en œuvre de la stratégie d'entreprise définie par GE. Pour mémoire, une augmentation de capital d'Avio, pour autant qu'elle soit nécessaire, pure hypothèse d'école, devrait être votée par le conseil d'administration d'Avio, donc décidée par GE. Bien cordialement.

Hannosset | 26/03/2022 17:26

Et si vous arrêtiez de raconter n’importe quoi en croyant que c’est vrai parce que vous le pensez ? Vous avez même pensé que la motorisation d’Avio n’était pas Itaar free parce que GE est une société américaine ... Ce jour là vous aviez fait fort !!! Ensuite vous ne comprenez pas pourquoi vous êtes censuré... pffff. Achetez vite les mises à jour du droit commercial européen, Petrau ! Ça vous permettra de ne plus douter !!! Combien d’années de prison?

Julien | 26/03/2022 13:47

Premier turboprop à FADEC? Lire le site du constructeur ne suffit pas pour écrire un article 😉 N’oubliez pas le PT6E (PC-12) qui lui est déjà en service!

Hannosset | 26/03/2022 19:24

La rédaction fait le maximum de ce qu’elle peut, monsieur !

Julie | 27/03/2022 12:21

@Xavier Tytelman et toute la rédaction d'A&C. Vous affirmez, sans plus de commentaires, que le Catalyst sera Itar free. Je viens donc, pour étayer mon propos, d'élargir mes connaissances quant à la norme Itar. L'international Traffic in Arms Regulation a pour finalité de contrôler l'import / export d'objets et de services liés à la défense nationale américaine . Cette norme comprend à ce jour 21 catégories. Elle s'applique, entre autres, aux sous-systèmes, aux données techniques, aux services, aux tests, à la formation, à la maintenance, .. L'application de cette norme est assurée par la DDTC (Directorate of Defense Trade Controls). La DDTC est, entre autres, habilitée à INTERPRETER les dispositions de la réglementation Itar . Elle peut également la faire EVOLUER à tout moment De plus, le système Itar est RETROACTIF, EXTRATERRITORIAL et INTRUSIF (il arroge le droit de disposer de toutes les informations figurants dans un contrat). Et la réglementation Itar est régulièrement révisée Ceci étant précisé, il est int. éressant de noter les propos du sénateur Cedric Perrin, vice-président de la commission des affaires étrangères et de la défense du sénat, qui a relevé que 10% des fabrications du Catalyst sont prévues d'être effectuées sur le territoire américain. Sachant que l'Eurodrone est un programme qui courra, peut-être, sur des décennies et qu'il dépend de fait de la bonne volonté américaine, c'est à dire de ses intérêts commerciaux, via le moteur de GE/Avio, êtes-vous toujours certain de pouvoir affirmer que dans le temps, c'est à dire à l'échéance d'exportation éventuelle de l'Eurodrone, le moteur Catalyst est bien Itar Free ? Je ne vous fais surtout pas l'injure de penser que vous puissiez vous en tenir aux déclarations de l'instant de GE/Avio. Bien cordialement et bon dimanche.

Julie | 29/03/2022 09:06

@Xavier Tytelman et toute la rédaction d'A&C. Je note le peu d'empressement que vous mettez à répondre à ma question. Mais peut-être pensez-vous que la réponse est autre. Étant donné la masse de l'Eurodrone et son caractère bimoteur générateur de coût d'exploitation plus élevé, auquel s'ajoute son arrivée tardive sur un marché déjà dominé par les Usa et Israël qui offriront à cette échéance des drones Male up to date, cet Eurodrone n'aura pratiquement aucune chance à l'exportation ? D'autant que nos amis allemands n'auront peut-être même pas la volonté de l'exporter ! Et puis la question se posera dans une dizaine d'années. D'ici là, tout le monde aura oublié les interrogations d'aujourd'hui....

Julie | 29/03/2022 10:40

@Xavier Tytelman et toute la rédaction d'A&C. Quand un avion, un moteur, un équipement, ... est choisi par un client, celui-ci explique qu'il a choisi le meilleur. C'est de bonne guerre. Cela ne veut toutefois rigoureusement rien dire. Il suffit de se rappeler les arguments pitoyables avancés par la Suisse pour justifier laborieusement le "choix" du F35. Mais après tout, le Catalyst est peut être le meilleur. On peut toutefois se poser une question (une de plus !) : la (détestable) règle du juste retour ne referait elle pas sa réapparition ? Ne s'agit il pas, aussi, de donner à l'Italie une charge de travail à due proportion de sa prévision de commande d'Eurodrone ( lesquelles prévisions de commandes ne sont quasiment jamais respectées et la plupart du temps revues à la baisse).? La question mérite d'être posée. Une réponse vaut d'y être apportée. Bonne journée

Julie | 29/03/2022 18:51

@Xavier Tytelman et toute la rédaction d'A&C. La censure ne devrait pas tarder à tomber. Visiblement, le politiquement correct interdit de chercher à comprendre et impose de dire du bien de l'Eurodrone. C'est triste....

forêt10 | 30/03/2022 11:33

Julie: Il faut vous faire une raison; lorsque l'Allemagne est leader dans un projet, et c'est le cas ici pour l'Eurodrone, c'est elle qui décide de tout. Surtout sur une décision qui pourrait avantager (l'ennemi) le concurrent français. D'autres sites, comme OPEX 360, Meta Defense abondent dans votre sens. Toutefois, il faut aussi reconnaître que depuis la malheureuse affaire du SYLVERCREST, Safran a du mal à s'affirmer dans ce créneau. Maintenant à savoir qui est le meilleur des 2 moteurs, personnellement, je n'en sais rien. Toutefois je note que votre remarque sur ITAR Free pourrait à un moment donné rejaillir et nous exploser à la figure (Dixit le SCALP en Egypte). Bien à vous...

Julie | 30/03/2022 13:09

@ forêt10. Merci pour votre commentaire. Je vois que nous sommes en plein accord. Cordialement

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité