0
Défense
Défense : le Noël du Poitou
Défense : le Noël du Poitou
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy

Défense : le Noël du Poitou

Juste avant les permissions de fin d’année, l’escadron de transport 3/61 Poitou a appris qu’il recevra en 2021 une nouvelle boule optronique MX-20 de dernière génération, issue de la gamme L3Harris.

Capacités C3ISTAR

Cette livraison annoncée en 6 mois chrono permettra à l'escadron 3/61 Poitou de tenir ses promesses en matière de C3ISTAR. La seule unité du commandement des opérations spéciales (COS) opérant sur avions exploitait déjà depuis 2010 une boule MX-15 puis une MX-20 arrivée quelques mois plus tard. Ces matériels ont donné manifestement toute satisfaction sur la décennie, étant employés principalement au Sahel, mais également en Libye et en zone irako-syrienne. Elles ont été au-rendez-vous de nombreuses opérations anti-terroristes. Deux autres boules MX-20 avaient été acquises dans le cadre du programme C3ISTAR déployé à partir de 2018 en opération. C’est donc la cinquième boule acquise chez Wescam, qui apparaît comme le nec plus ultra pour les besoins très particuliers des forces spéciales, comme c'est aussi le cas aux Etats-Unis.

La Marine a aussi des boules MX-20

Rappelons que la Marine a aussi acquis des MX-20, d’abord trois en urgence opérations en début des années 2010, puis beaucoup plus dans le cadre du standard 6 de l’ATL2. La Marine semble extrêmement contente de ses boules, puisqu’elle a en plus réalisé des tirs de bombes guidées avec cet équipement, et désigné des cibles pour les chasseurs. Le Poitou a réalisé au moins une illumination à fin de tir depuis qu'il exploite ces matériels. L'unité a développé en interne des configurations C3ISTAR dès le début de la décennie 2000, en réutilisant une boule MOSP récupérée du drone Hunter, retiré du service en 2004. Cette boule bi-spectrale, sommaire mais suffisante pour ouvrir l'intérêt du niveau stratégique, avait été utilisée en 2008 au Tchad, permettant de monitorer la progression d'un rezzou rebelle vers N'Djamena. A l'époque, les images avaient été transmises en temps réel au PC français dans la capitale, une première technique pour l'époque. 

La capacité d'innovation du Poitou

Elle illustre parfaitement la capacité de l'escadron à innover, en fédérant les capacités de ses spécialistes, personnels navigants, mais aussi mécaniciens avionique, spécialistes des systèmes d'information et de commandement (SIC) et partenariats avec ses fournisseurs comme Eclipse pour les SATCOM, essentiels pour diffuser le renseignement à haut débit en temps réel. L'entrée en service des drones Harfang puis Reaper n'a pas banalisé cette capacité, car l'avantage du concept C3ISTAR du Poitou est qu'il peut se déployer sans infrastructure préalable (tout est dans l'avion) et il ne nécessite pas non plus une capacité satellitaire spécifique. En outre, l'avion porteur est auto-protégé, et comporte sa propre capacité d'analyse à bord. La modularité recherchée par le Poitou pour toutes ses innovations permet en outre de l'utiliser sur un large spectre de vecteurs. 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription