1
Défense
Défense : le CDAOA dope la filière rens.
Défense : le CDAOA dope la filière rens.
© EMA

| Jean-Marc Tanguy

Défense : le CDAOA dope la filière rens.

Une centaine de personnels du domaine fonctionnel du renseignement air sont déployés en permanence sur les théâtres d’opération, selon le commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA).

Drones Reaper et Gabriel

Ces volumes affichés par le CDAOA (Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes) comprennent les unités de renseignement à proprement parler, comme l’escadron de drones 1/33 Belfort (également acteur de frappes aériennes depuis décembre 2019) et ses Reaper, ou l’escadron électronique 1/54 Dunkerque et ses Gabriel. S’y ajoutent les officiers renseignement, exploitants renseignement (sous officiers) et interprètes photos qu’on trouve dans tous les escadrons opérationnels, ou dans les états-majors déployés. L’Armée de l’Air est la seule des trois à posséder et animer une filière renseignement aéroporté de ce type.
 

200 recrutements depuis 2015

La guerre contre le terrorisme a tardivement mais réellement dopé les effectifs de la filière, puisque 200 officiers sous contrat ont été recrutés depuis 2015. Les contrats sont renouvelables tous les trois ans, ce qui ne semble pas forcément compatible avec la préservation du secret. Néanmoins, « l’Armée de l’Air accentue l’intégration de certains OSC renseignement afin de les passer de carrière pour les meilleurs d’entre eux » assure le CDAOA. Pour alimenter ses besoins, l’Armée de l’Air a mis sur pied une nouvelle filière de militaire technicien de l’air opérateur renseignement (MTAOR). Le cursus est ouvert aux profils « majeurs et motivés » de niveau 3ème, BEP, CAP, BAC PRO.
 

Un pari qui s'est révélé payant

La brigade aérienne Connaissance et Anticipation du CDAOA (basée à Lyon, comme l’essentiel du CDAOA) a mis sur pied cette filière en février 2018, avec l’aide de la DRHAA. Après deux ans d’existence, « le pari s’est révélé payant » assure le CDAOA, avec « plusieurs dizaines de jeunes » intégrés, tant des ab initio venus du civil soit des engagés ayant changé de spécialité. « Les meilleurs MTA accèdent à la passerelle sous-officier, en choix jeune ou choix tardif » pour devenir sous-officier ».

Répondre à () :


Captcha
tanguy | 06/08/2020 23:14

très intéressant, informations peu développées dans les médias aéro et défense.

| | Connexion | Inscription