0
Défense
Des JF-17 pour l’Argentine ?
Des JF-17 pour l’Argentine ?

| Baptiste Guillou 336 mots

Des JF-17 pour l’Argentine ?

Une délégation chinoise est actuellement en Argentine, et espère y vendre l’avion de combat JF-17

Délégation

Selon la presse argentine, une délégation de la société étatique chinoise CATIC (Société nationale chinoise d’importation et d’exportation de technologies aériennes) actuellement en visite dans le pays proposerait à l’Argentine la vente de 12 avions de combat JF-17. L’Argentine avait examiné plusieurs offres pour remplacer ses Mirage III, envoyés à la retraite en 2015. Les négociations avec Korean Aerospace Industries pour la vente de 10 FA-50 avaient échoué, suite au refus britannique de réexporter certains des composants. Le concurrent du JF-17 est la Russie, pour l’achat éventuel de 10 MiG-35 et 2 Mig-35D

Modernisation

L’achat de nouveaux avions de combats paraît inscrit dans la stratégie, édictée en 2018 par Mauricio Macri alors Président de l’Argentine, de modernisation des Forces armées sur quatre ans. Le but était de réduire la bureaucratie militaire, pour que les moyens financiers ainsi dégagés aillent aux besoins de l’armée,  et quelle puisse faire face « aux défis du 21ème siècle ». Le JF-17, qui est une co-production sino-pakistanaise, est actuellement en service au Pakistan, au Nigéria, et au Myanmar. Les informations obtenues n’indiquent pas si les JF-17 seront assemblés au Pakistan, en Chine, ou en Argentine. La délégation chinoise, au cours de son séjour, a visité les installations de FADAE, l’entreprise aéronautique nationale.

Implantation chinoise

La Chine a l’avantage d’être bien implantée en Argentine, avec la station  « Espacio Lejano Station », implantée en Patagonie, utilisée à des fins spatiales civiles, et un centre pour téléopérer ses satellites au nord de Bajada del Agrio qui dispose d'un bail de 50 ans. Au grand désarroi de la Maison-Blanche, qui accuse cette installation d’être une station d'écoute. L’ESA elle aussi dispose d’une station en Argentine, à Malargüe. Les russes peuvent de leur côté mettre en avant leurs bonnes relations avec Buenos Aires, sur le plan économique, mais également militaire, comme le montrent les accords de coopération militaro-technique signés en 2015, et la vente d’hélicoptères Mi-8 (version à l’export Mi-171E) en 2010. Une manière, pour l’Argentine, de se distancer des Etats-Unis et plus généralement des pays occidentaux...
 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription