3
Défense
Défense : MBDA perce dans la lutte anti-drones
Défense : MBDA perce dans la lutte anti-drones
© DR

| Jean-Marc Tanguy 316 mots

Défense : MBDA perce dans la lutte anti-drones

Le missilier européen MBDA a été sélectionné, au sein d’un consortium de 42 sociétés européennes, par l’Union européenne pour développer une nouvelle architecture de lutte anti-drones.

Anti-drones : l'Europe à la traîne

Le missilier eucharropéen a été sélectionné au sein d’un consortium de 42 sociétés européennes par l’Union européenne pour développer une nouvelle architecture de lutte anti-drones. Pas moins de 14 pays européens, dont la France, sont regroupés sur ce programme de développement qui pourrait déboucher sur un programme financé par le fonds européen de défense. L’Europe est à la traîne dans ce domaine, comparé aux avancées américaines ou israéliennes.

MBDA en charge d'un nouvel effecteur

MBDA est notamment en charge du développement d’un nouvel effecteur, et de la démonstration qui aura lieu sous deux ans, durée maximale de ce programme qui peut sembler modeste (13,5 M€) mais dont le caractère interdisciplinaire doit amener des ruptures. Difficile à ce stade de savoir à ce stade quel type d’effecteur sera retenu (propulsé ou pas, à l’instar d’un dard sans explosif à bord) indique-t-on chez MBDA. D’autant que CILAS, spécialiste français du laser, est aussi partie prenante. Plusieurs autres français ont été retenus, dont l’ONERA, Thales et CS (ces deux derniers ont remporté l’appel d’offres français PARADE il y a quelques semaines, pour une valeur de 350 M€). MBDA France n’est pas le seul retenu, sa sœur italienne est aussi de la partie.

Des programmes français pas toujours probants

La France a multiplié les programmes ces dernières années dans le domaine, mais pas toujours avec succès. Le programme MILAD (moyen interarmées de lutte anti-drone) développé par CS n’a pas avancé à la vitesse et avec les résultats voulus par les Armées. La protection des unités en mouvement n’est pas non plus assurée, malgré un prototype de véhicule de l’avant blindé disposant d’une mitrailleuse de 12,7 mm montée sur un tourelleau Kongsberg M151 Protector et de briques du MILAD. L’Armée de l’Air et de l'Espace a eu plus de succès avec Hologarde, en développant une approche plus opérationnelle, qui assure un meilleur taux de détection.


Répondre à () :

JP | 02/05/2022 18:02

(JP). Un consortium de 42 entreprises pour un système d'ambition relativement limitée, on croit rêver ! On voudrait échouer qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Bruxelles n'a apparemment pas la connaissance de la gestion et du développement d'un projet. Et à la fin, après avoir perdu beaucoup de temps, il ne restera plus qu'à acheter du matériel américain. On est là dans l'absurde.

| 02/05/2022 19:33

Cet article est assez énigmatique...

| 02/05/2022 19:26

Où est l’information nouvelle? C’est en juin 2021 qu’une quarantaine d’entreprises, sous la direction de Leonardo, ont reçu des subsides Européens pour développer leur savoir-faire... Leonardo vient il de faire un premier tris parmi ces entreprises qui, à ce stade, sont toujours en concurrence ?

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité