4
Défense
Coup de mou pour le SCAF © Dassault Aviation

| BOQUET Justine

Coup de mou pour le SCAF

Si le programme SCAF avait plutôt bien démarré, avec la signature d'accords-cadres et le dévoilement de la maquette du NGF à l'occasion du Bourget, il semblerait que la relation franco-allemande ne soit plus au beau fixe.

Les universités d'été, qui se sont tenues les 12 et 13 septembre sur la base aérienne d'Avord, ont mis le SCAF à l'honneur. Sujet d'actualité depuis plusieurs mois, le projet semble prendre de plus en plus de retard par rapport au premier calendrier annoncé. Ainsi, le contrat pour le développement d'un démonstrateur est toujours attendu par Dassault Aviation. Dans un premier temps espéré pour le salon du Bourget, il avait été ensuite annoncé que le contrat serait probablement notifié en septembre. Mais toujours pas de nouvelle. Dassault Aviation espère désormais être notifié avant la fin de l'année. Par ailleurs, le Ministère des Armées estime qu'une première architecture du SCAF devrait être présentée au deuxième semestre 2020.

Le SCAF semble patiner. Et la raison proviendrait des désaccords ayant lieu entre la France et l’Allemagne. « On va avoir des temps difficiles, des discussions complexes car tout le monde veut être autour de la table », rapporte certains acteurs aux universités d'été de la défense. Et ce avant d'ajouter que « certaines positions allemandes sont inquiétantes ». En effet les points de divergences sont nombreux et pourraient menacer sérieusement le SCAF s'ils ne sont pas rapidement résolus.

Retrouvez l'article au complet dans le prochain numéro d'Air&Cosmos (n°2656) dès le vendredi 20 septembre dans les kiosques.

SCAF NGF Dassault Aviation France Allemagne

Répondre à () :


Captcha
COCHENER | 17/09/2019 14:26

Va-t-on vers un "super rafale" développé uniquement par Dassault, c'est peu probable ou alors pour garder le veille techno.

Rullaud | 17/09/2019 20:17

Coopérer avec l’Allemagne, c’est de la politique. D’un point de vue stratégique, militaire, technologique et industriel, c’est une absurdité. Alors quand l’élève veut diriger les cours... Pourtant le deal était équitable, aux français la maîtrise d’œuvre pour le SCAF, et aux allemands pour le futur char de combat.

Rullaud | 17/09/2019 20:17

Coopérer avec l’Allemagne, c’est de la politique. D’un point de vue stratégique, militaire, technologique et industriel, c’est une absurdité. Alors quand l’élève veut diriger les cours... Pourtant le deal était équitable, aux français la maîtrise d’œuvre pour le SCAF, et aux allemands pour le futur char de combat.

COCHENER | 23/09/2019 11:45

Safran pensait pouvoir rendre un peu plus efficient son M88, avec les sous des allemands, c'est raté.

| Connexion | Inscription