2
Défense
Coronavirus : la Sécurité Civile en pointe
Coronavirus : la Sécurité Civile en pointe
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy

Coronavirus : la Sécurité Civile en pointe

Plus de 180 missions d'évacuation de patients atteints du coronavirus ou covid-19 ont été menées par la Sécurité Civile, quasi-exclusivement par leurs Airbus Helicopters H145.

Un H145 offre 2h45 min d'autonomie avec le réservoir plein

Plus de 180 missions d’évacuation de patients atteints du coronavirus ou covid-19 ont été menées par la Sécurité Civile, quasi-exclusivement par leurs Airbus Helicopters H145. La Sécurité Civile revendique 60 % des missions aériennes, le solde étant assuré par les armées (dont 48 missions par l’Armée de Terre) et les SAMU privés. Chaque « Dragon » (du nom de leur indicatif radio) ne peut porter qu'un patient intubé et ventilé, avec son équipe médicale minimale. La possibilité d'un deuxième patient assis est néanmoins assez improbable dans le contexte du covid-19.
 

23 bases dont trois aux Antilles-Guyane
 

Les bases les plus en pointe dans le combat sanitaire sont Strasbourg, Besançon, puis Paris (qui a transporté les tous premiers patients, le 23 février, entre Paris et Creil). Marseille, Annecy, Le Havre ont aussi contribué, en renforts ou pour leurs propres patients. Le Dragon de Guadeloupe a réalisé un treuillage de patient de nuit sur un paquebot en mer, une opération plutôt rare en Sécurité Civile. Le Dragon de Guyane, arrivé quand Christiane Taubira était ministre de l’Outremer, a aussi transporté un des tous premiers patients du covid-19. La base de Strasbourg, en pointe dans le combat sanitaire, et le groupement des moyens aériens (GMA) ont défini les procédures de protection des navigants et des hélicoptères. Elle s’inspirent des techniques NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique) des militaires.
 

Un H145 sur le Dixmude

Le GMA de Nîmes a fourni des équipements idoines pour protéger les personnels et isoler la soute de la cabine, d’un seul tenant dans la configuration de la sécurité civile. Un appareil a été placé sur le porte-hélicoptères amphibie Dixmude, qui cingle vers les Antilles. Il a apponté sur le navire, une petite première, même si le Dixmude était alors à quai, à Toulon, et pas en mer.L’appareil, prélevé sur le plot de Quimper (Finistère), sera manié par un équipage qui rejoindra les Antilles par la voie des airs. La gendarmerie, elle, a injecté sur le Dixmude l’Ecureuil de Hyères (Var) qui assurera aussi, pendant la traversée, la fonction Pedro (sauvetage en mer) avec un plongeur de la gendarmerie, une autre première. Elle a par ailleurs assuré quelques vols de transfert de patients sur ses H145 (moins d’une dizaine).

Répondre à () :


Captcha
Sam PRETAT | 12/04/2020 15:00

La sécurité civile n'a aucun H145 (BK117D-2/3), elle n'aligne que des EC145 (BK117C-2). Le H145 a un RAC avec Fenestron et des turbines Turbomeca 2E de 710 kW chacune, l'EC145 a un RAC bipale et deux turbines Turbomeca 1E2 de 550 kW chacune. Le H145 est un développement de l'EC145.

Jack Loubière | 13/04/2020 18:00

Exact! On ne peut mieux dire!

| | Connexion | Inscription