2
Défense
Australie : Accusé d'espionnage, le groupe israélien Elbit est black-listé
Australie : Accusé d'espionnage, le groupe israélien Elbit est black-listé

| Richard Whiteley 509 mots

Australie : Accusé d'espionnage, le groupe israélien Elbit est black-listé

La décision du gouvernement Australien serait due à une Back-Door au sein de la solution israélienne. Ce scénario n'est pas sans rappeler le film d'Eric Rochant, qui bien avant "Le Bureau des Légendes", s'était penché sur le Mossad dans son film "Les Patriotes".

Elbit mis à la porte 

A la suite d’importantes tensions entre le gouvernement Australien et Elbit Systems Australia, l’Australian Army a pris la décision de retirer du service (au plus tard le 15 mai 2021) la version 7.1 du système BMS-C2 d’Elbit. Ce BMS (Battle Management System) permet notamment aux décideurs militaires d’obtenir une communication et une coordination optimale en proposant des cartes numériques du champ de bataille ainsi que des liaisons sécurisées entre les différentes unités. Le BMS-C2 d’Elbit, entré en service il y a une dizaine d'années sera donc mis sous scellé avec tous les composants (périphériques USB, logiciels ...) dans l’attente d’une enquête approfondie.

Back-Door 

Cette décision rapide est le fruit de plusieurs incidents survenus ces derniers mois. Premièrement, Elbit Systems, champion des systèmes BMS s’accorderait d’énormes marges commerciales sur ce contrat, une information dont Canberra ignorait l’existence jusqu’à peu. Deuxièmement, le fournisseur Israélien aurait à plusieurs reprises volontairement bloqué la modernisation du système qu’il fournit à l’Australie. Troisièmement, les experts militaires se sont inquiétés d’une possible captation de données confidentielles (« Back-Door »), après que l’US Marine Corps présent dans les Territoires du Nord ait refusé de s'entraîner avec les unités australiennes équipés du BMS d’Elbit, suite selon certaines rumeurs à une alerte de la NSA.  Le fabricant israélien a pour le moment réagi en réaffirmant le haut niveau de sécurité de ses produits et ce, par la voie de son conseiller militaire Paul McLachlan, ancien Major-General de l’Australian Army.

C4 EDGE 

Bien que commercialement suicidaire, ce n'est pas la première fois que l'industrie israélienne est impliquée dans ce type de situation avec ses alliés occidentaux. Au cours des années 90 un logiciel vendu au département de l'énergie américain espionne la consommation électrique des sympathisants palestiniens. Au même moment, la société Check Point commercialisant le logiciel Firewall 1 est mise en accusation. Au début des années 2000, les Etats-Unis soupçonnent la société Elisra (filiale d'Elbit) d'avoir aidé Pékin à procéder au reverse engineering des systèmes de guerre électronique du P-3 Aries II de l'US Navy qui s'est écrasé sur l'île d'Haïnan. Plus récemment, la start-up NSO avec sa solution Pegasus piège les smartphones de plusieurs centaines de journalistes, hommes politiques, et capitaines d'industries dans le monde. Entre 2017 et 2019, des IMSI catcher StingRays sont placés selon Politico par des agents israéliens autour de la Maison Blanche pour surveiller les échanges téléphoniques de D. Trump et de ses collaborateurs. Mais surtout rappelons qu'après 35 ans de détention l'ancien analyste naval Jonathan Pollard après avoir espionné la NSA au profit du Mossad a été accueilli en héros lors de son arrivée à Tel-Aviv le 30 décembre dernier par B. Netanyahou en personne.  Avec le retrait prématuré du BMS-C2, l’Australian Amy devrait connaître une transition difficile dans la préparation des forces. Ce problème majeur pourrait être néanmoins rapidement comblé. En effet, les premiers prototypes C4 EDGE (Command, Control, Communications and Computing Evolutionary Digital Ground Environment) lui seront livrés avant la fin de l’année 2021. De conception nationale, ce programme permettra donc à la "Land Forces" d’être dotée d'un système souverain.

Répondre à () :


Captcha
Loufi | 17/05/2021 04:57

Les indiens vont apprécier, eux qui achètent tout ce qui est électronique chez les israéliens. Ce qui me choque le plus c'est que malgré tous ces scandales, les boîtes israéliennes parviennent tout de même à vendre leurs produits... Favoritisme ? Enveloppes bien garnies envoyées aux bonnes personnes ?

Bengi | 17/05/2021 23:45

Nous sommes la communauté internationale.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription