0
Espace
Apco Technologies, l’autre grand acteur suisse
Apco Technologies, l’autre grand acteur suisse
© APCO

| Pierre-François Mouriaux

Apco Technologies, l’autre grand acteur suisse

Cet été, retrouvez notre sélection d’articles marquants parus dans nos colonnes au premier semestre 2020. Le 13 mars, nous vous présentions un fournisseur de moyens sols et de structures pour satellites et lanceurs unique en Europe.

Deuxième principal industriel suisse

Spécialiste en système électromécaniques complexes, Apco Technologies se présente d’abord comme une société familiale et totalement indépendante. Créée en 1992 par André Pugin, elle est dirigée depuis 2017 par Aude Pugin, fille du fondateur et avocate de formation. S’appuyant sur une structure managériale très peu hiérarchisée, qui favorise la flexibilité et la rapidité de décision, la société est passée en moins de 30 ans de 17 à 400 personnes, uniquement par croissance organique. Très orientée projets, elle évolue aujourd’hui dans trois secteurs, chacun représentant un tiers du chiffre d’affaires, qui avoisine les 100 M€ par an : l’énergie (moyens de levage ultra-sécurisés pour centrales nucléaires), l’industrie navale (machines de soudage et usines de production clé en main) et l’espace. Dans ce domaine, Apco est le deuxième principal industriel suisse, derrière l’équipementier Ruag Space. Avec ses certifications EN 9100 (qualité de la chaîne d’approvisionnement), ISO 9001 (qualité du management) et ISO 27001 (sécurité de l’information), l’entreprise se positionne sur des programmes militaires ou des services civils sensibles, rarement accessibles à des entreprises de cette taille. Seule PME spatiale à couvrir autant de domaines, Apco dispose de nombreux bureaux d’études et de calcul, ainsi que d’un vaste parc industriel.

 

Aigle, Chalon-sur-Saône et Kourou

Initialement implantée à Vevey (près du lac Léman, dans le canton de Vaud, en Suisse romande), la société se répartit aujourd’hui sur trois sites. Son siège, basé depuis 2008 à Aigle (25 km plus au sud de Vevey), compte 295 salariés, dont 160 ingénieurs. C’est ici que sont gérés les nouveaux projets, du développement à la production, en passant par le contrôle qualité et la vente. La production occupe aujourd’hui sept halles de 1 600 m2 chacune, dont trois dédiées aux activités spatiales. Elles-mêmes accueillent trois salles blanches, aux standards ISO 5, 7 et 8.

Le site de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), ensuite, regroupe 70 personnes, uniquement dédiées aux activités du secteur de l’énergie. A Kourou enfin (où Apco est la seule entreprise suisse implantée), 35 personnes assurent quatre activités de services autour du Centre spatial guyanais, pour le compte du Cnes, d’Arianespace, d’Avio et d’ArianeGroup : les opérations et le maintien des ensembles de préparation des charges utiles (EPCU), salles blanches où sont préparées les satellites ; la fourniture de tous les équipements de protections individuels (EPI), des chaussures de sécurité aux tenues de travail pour les ergoliers ; et tous les développements mécaniques faits sur la base (pré-études, études et suivis de chantier), telle la modification la modification d’un système de transfert de satellites. Les moyens sol (pour Ariane, Soyouz et Vega) sont aussi une grande spécialité d’Apco, qui a développé et réalisé tous les moyens de manutention et de transport utilisés par ArianeGroup à Brême et aux Mureaux, et par le Cnes à Kourou. On se souvient notamment des essais au CSG, en décembre dernier, du transporteur du corps central (TCC) d’Ariane 6, conçu et réalisé par Apco. Ces essais ont permis de valider les opérations de transport du futur lanceur lourd européen entre son bâtiment d'assemblage final et sa zone de lancement, puis sa mise à la verticale.

 

[…]

 

Article à (re)découvrir en téléchargeant le fichier ci-dessous.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription