4
Industrie
Airbus Helicopters veut faire voler le Racer d'ici la fin de l'année
Airbus Helicopters veut faire voler le Racer d'ici la fin de l'année
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy 476 mots

Airbus Helicopters veut faire voler le Racer d'ici la fin de l'année

Le programme a un peu glissé, du fait des retards de certains fournisseurs. Mais Airbus Helicopters entend capitaliser sur le programme de démonstrateur Racer qui doit aussi être une démonstration de sa capacité de leader du monde de l’hélicoptère à fédérer 40 acteurs européens de 13 pays.

Propulsion en éco-mode pour l'Airbus Racer

Le démonstrateur Racer est la descendance du X3 (toujours admirable au musée de Saint-Victoret, à quelques kilomètres de l’usine dont il est sorti), qui avait déjà démontré la capacité d’un hélicoptère à aller beaucoup plus vite que les hélicoptères actuels. L'Airbus Racer vise un gain

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.


Répondre à () :

JP | 20/05/2022 12:08

Marignane a toujours été à la source des innovations en matière d'hélicoptère. L'histoire continue. Bonne chance au Racer.

| 20/05/2022 21:38

En espérant que notre nouveau ministre Lecornu n’aura pas la vision régionaliste de madame Parly en matière d’armement.

| 20/05/2022 19:48

Merci, monsieur Tanguy, pour cet article très intéressant. Cette nouvelle réussite d’Airbus doit évidemment nous amener à réfléchir sur deux sujets. Le premier est l’importance de l’innovation qu’apporte le secteur privé à la différence des similis entreprises privées qui ne travaillent (avec 10 ou 20 ans de retard...) que quand les états demandent un projet... Le second est évidemment la force du secteur privé, multinational, seul capable de fédérer les compétences internationales et surtout Européennes. Soyons fiers du succès de Safran et de Latécoère même si leur rôle est mineur dans cette réalisation d’Airbus. Bien cordialement.

JP | 21/05/2022 16:18

L'investissement "amont" des entreprises est crucial. Saluons à ce propos la société Dassault Aviation qui, entre autres, en son temps, avait financé sur fond propre le développement du prototype du Mirage F1 qui a connu le succès que l'on sait, ainsi que les études et la construction du prototype du Mirage 4000 qui n'a pas débouché sur la série, mais qui a été à la source du plusieurs technologies utilisées aujourd'hui sur le Rafale dont chacun reconnait (cf. Xavier Tytelman) qu'il est l'un des tout meilleurs avions de combats multi-missions. A propos du Rafale, rappelons également que Dassault Aviation a financé sur fonds propres 25% du coût des études et du développement des prototypes, ce qui est tout à fait unique dans le domaine des avions de combats. Bien cordialement et bon week-end à tous.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité