1
Aviation Civile
Air France : pour un retour à l'Etat stratège
Air France : pour un retour à l'Etat stratège
© DR

| La rédaction

Air France : pour un retour à l'Etat stratège

Au terme de l'audition des principaux dirigeants d'Air France, les sénateurs de la Commission de l'Aménagement du territoire et du développement durable appellent à un retour de l'Etat stratège.

Nostalgie du plan quinquennal

La France a clairement la nostalgie du très gaullien plan quinquennal qui a permis cette période faste souvent dénommée les "30 glorieuses". Les sénateurs de la Commission de l'Aménagement du territoire et du développement durable ont ainsi appelé à un retour de l'Etat stratège au terme de l'audition des principaux dirigeants du groupe Air France-KLM. "L'Etat doit dès à présent prendre la mesure de la crise frappant le pavillon français et donner tous les moyens à un de ses fleurons industriels – Air France  de se projeter dans le transport aérien de demain, compatible avec les objectifs climatiques de la France, soulignent les sénateurs.

Verdir la flotte

Pour le sénateur Hervé Maurey, président de la Commission, « notre attachement au soutien du pavillon français est fort, mais nous manifestons également l’espoir que cette crise ouvre la voie d’un modèle nouveau ». En lien avec les préconisations formulées par le Haut Conseil pour le Climat, certains sénateurs ont ainsi appelé le groupe Air France-KLM à prendre des engagements compatibles avec les objectifs climatiques de la France. L’État devra donc épauler le groupe dans le nécessaire verdissement de sa flotte, ainsi que dans la reconfiguration de sa stratégie, notamment en matière de desserte intérieure et de complémentarité entre les différents modes de transport". 

Fonds de garantie pour les vols annulés

La commission apporte donc son soutien aux aides qui pourraient être accordées par l’État à Air France-KLM pour répondre à ses besoins de trésorerie, qu’elles prennent la forme de prêts garantis ou de prêts directs des États français et néerlandais. En plus de ces aides, Hervé Maurey, président de la commission, et la sénatrice Nicole Bonnefoy, référente "Situation du transport aérien", ont appelé l’État à trouver très rapidement une solution concernant le dédommagement des vols annulés. Comme ils l’ont exprimé dans un courrier adressé au secrétaire d’État aux transports (consultable via ce lien), « la mise en place d’un fonds de garantie pourrait s’avérer nécessaire afin de rassurer les consommateurs sur la solvabilité des avoirs remis par les compagnies ».

Déflagration inédite

Pour Benjamin Smith, directeur général d’Air France-KLM, l’épidémie de Covid-19 constitue une déflagration inédite pour le transport aérien français, en particulier pour Air France, dont moins de 5 % de l’activité est maintenue, se concentrant principalement sur les opérations d’urgence (notamment l’organisation du pont aérien avec la Chine). Nicole Bonnefoy, référente « Situation du transport aérien », a exprimé la reconnaissance de la commission pour le travail accompli par l’entreprise depuis le début de la crise : « c’est dans ces circonstances dramatiques que s’exprime avec le plus d’acuité la nécessité pour une puissance du rang de la France de pouvoir compter sur une compagnie du rang d’Air France ».

La commission apporte donc son soutien aux aides qui pourraient être accordées par l’État à Air France-KLM pour répondre à ses besoins de trésorerie, qu’elles prennent la forme de prêts garantis ou de prêts directs des États français et néerlandais. En plus de ces aides, Hervé Maurey, président de la commission, et Nicole Bonnefoy ont appelé l’État à trouver très rapidement une solution concernant le dédommagement des vols annulés. Comme ils l’ont exprimé dans un courrier adressé au secrétaire d’État aux transports (consultable via ce lien), « la mise en place d’un fonds de garantie pourrait s’avérer nécessaire afin de rassurer les consommateurs sur la solvabilité des avoirs remis par les compagnies ».

Selon Anne Rigail, directrice générale d’Air France, les efforts des acteurs doivent enfin se concentrer sur l’élaboration de nouvelles règles de sécurité sanitaire. Pour les sénateurs de la commission, plusieurs mesures pourraient être inscrites dans un volet « Transport aérien » du plan de déconfinement du Gouvernement et pourraient perdurer dans l’attente d’un vaccin : installation de caméras thermiques aux frontières, test des personnes suspectes, isolement immédiat des cas positifs à proximité des aéroports... Mme Rigail a par ailleurs estimé que « le port du masque pourrait être obligatoire à bord ».

Répondre à () :


Captcha
Le Borgne | 05/05/2020 12:30

Que l'état donne des sous d'accord, mais qu'il ne se mêle pas de gestion ni de nomination des PDG, nous avons vu dans le passé à quelles extrémités cela peut mener !

| | Connexion | Inscription