0
Ukraine
[OSINT] Confirmation de l'impact de deux missiles sur Krementchouk : un centre commercial détruit et un hangar endommagé
[OSINT] Confirmation de l'impact de deux missiles sur Krementchouk : un centre commercial détruit et un hangar endommagé
© Reuters

| Gaétan Powis 606 mots

[OSINT] Confirmation de l'impact de deux missiles sur Krementchouk : un centre commercial détruit et un hangar endommagé

Les images disponibles permettent désormais d'analyser clairement le déroulé de l'attaque sur la ville ukrainienne de Krementchouk. L'objectif de cette frappe était l'usine Kredmash, située à une centaine de mètres du centre commercial Amstor. Celui-ci serait donc un dégât collatéral supplémentaire causé par l'imprécision importante des missiles utilisés par les Russes.

Deux impacts éloignés de 300 mètres

Le 27 juin en début de matinée, la ville de Krementchouk (oblast de Poltava, Ukraine) est secouée par deux explosions, comme le montre le tweet ci-joint. Plusieurs vidéos et photos permettent de confirmer la localisation des deux zones d'impacts (photos ci-après) :

  • Le premier missile est tombé sur le centre commercial Amstor. L'explosion a détruit une partie du bâtiment et déclenché un incendie qui a ravagé ce qui tenait encore debout. Sur la première image, il est possible de voir le missile en question. L'image ne permet pas d'identifier avec précision le missile mais il ne peut s'agir que d'un Kh-22 ou un Kh-32. Ces deux missiles sont des missiles antinavires air-mer qui ont donc été utilisés afin de frapper une cible terrestre.
  • Quelques instants après l'impact du premier missile (l'incendie du centre commercial est visible en arrière plan de l'image n°2), un second missile est venu s'écraser à environ 300 mètres au Nord du centre commercial. Il a endommagé un hangar de l'usine Kredmash... et détruit ce qui ressemble à des serres ou abris de jardins.
Carte générale de la zone, avec le centre commercial au Sud et la seconde zone d'impact au Nord.
Carte générale de la zone, avec le centre commercial au Sud et la seconde zone d'impact au Nord. © Carte : Google Earth, analyse : Air&Cosmos
Carte générale de la zone, avec le centre commercial au Sud et la seconde zone d'impact au Nord.
[Image 1] Capture d'écran provenant d'une caméra de surveillance toute proche du centre commercial.
[Image 1] Capture d'écran provenant d'une caméra de surveillance toute proche du centre commercial. © Carte : Google Earth, Capture d'écran : Twitter, Analyse : Air&Cosmos
[Image 1] Capture d'écran provenant d'une caméra de surveillance toute proche du centre commercial.
[Image 2] Capture d'écran provenant d'une caméra de surveillance située dans le parc au Nord du centre commercial et de l'usine Kredmash.
[Image 2] Capture d'écran provenant d'une caméra de surveillance située dans le parc au Nord du centre commercial et de l'usine Kredmash. © Carte : Google Earth, Capture d'écran : Twitter, Analyse : Air&Cosmos
[Image 2] Capture d'écran provenant d'une caméra de surveillance située dans le parc au Nord du centre commercial et de l'usine Kredmash.

Un dégât collatéral de plus en Ukraine

L'usine visée

Les Russes semblaient en réalité viser l'usine Kredmash car, selon plusieurs sources russes, elle contiendrait des munitions européennes ou américaines et serait utilisée pour réparer les véhicules militaires ukrainiens. Toutefois, aucun journaliste n'a pu confirmer la présence de matériels militaires au sein de cette usine. 

Elle est spécialisée dans la fabrication de véhicules et matériels servant à construire des routes ou des voies de chemin de fer. Elle aurait réceptionné trois véhicules blindés (probablement des BTR-70) endommagés durant les combats qu'elle comptait réparer... durant la guerre de 2014 !

Un manque de précision devenu habituel

Par ailleurs, il est déjà établit dans un précédent article (disponible ici) que les Russes manquent de missiles de précision lors des frappes sur l'Ukraine. De plus, le degré de précision des missiles russes n'est pas comparable aux missiles de précision alignés sur les standards OTAN. Un impact voulu sur 3 serres, un hangar et un centre commercial était donc étonnant.

Une confirmation du MoD anglais

Dans son tweet journalier sur l'Ukraine, publié le 2 juillet (et disponible ci-dessous), le ministère de la Défense anglais estime que ce sont bien deux missiles antinavires air-mer Kh-32 russes qui ont été utilisés pour frapper Krementchouk. Il s'agit d'une version modernisée du Kh-22 mais elle reste peu précise et surtout peu efficace en cas d'utilisation air-sol. Leur imprécision serait donc la cause de l'attaque meurtrière sur le centre commercial :

"[...] La Russie continue d'employer des missiles anti-navires air-mer dans un rôle d'attaque terrestre secondaire, probablement en raison de la diminution des stocks d'armes modernes plus précises. L'analyse des images de vidéosurveillance montre que le missile qui a touché le centre commercial de Krementchouk le 27 juin 2022 était très probablement un Kh-32. Il s'agit d'une version améliorée du missile Kh-22 KITCHEN de l'ère soviétique.

Bien que le Kh-32 présente plusieurs améliorations de performances par rapport au Kh-22, il n'est toujours pas optimisé pour frapper avec précision des cibles au sol, en particulier dans un environnement urbain. Cela augmente considérablement la probabilité de dommages collatéraux lors du ciblage des zones bâties. [...]"


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité