6
Avions de combat
Le Rafale est opérationnel en Grèce
Le Rafale est opérationnel en Grèce

| Gaétan Powis 533 mots

Le Rafale est opérationnel en Grèce

Le 19 janvier dernier, l’Armée de l’air grecque a reçu ses six premiers Rafale sur sa base de Tanagra (au nord d’Athènes).

Le Rafale fait ses premières heures de vol en Grèce

Athènes a décidé de s'équiper de Rafale au standard F3R, incluant notamment la nacelle de désignation TALIOS, le système d’auto-défense SPECTRA modernisé, le moteur M88 à durée de vie augmentée, et surtout la possibilité d’emport du missile air-air Meteor. Ce dernier est un véritable boost pour le Rafale en configuration air-air : c’est un missile air-air au-delà de la portée visuelle (ou BVRAAM pour beyond-visual-range air to air missile) d'une portée de plus de 150 km. Sa no-escape zone (zone où l’appareil visé n’a aucune chance de s’échapper) est d’ailleurs la plus large de cette catégorie de missile, comprenant notamment l’AIM-120 AMRAAM américain. L’année passée, l’Armée de l’Air et de l’Espace avait justement présenté un Rafale F3R en configuration air-air équipé de deux Meteor, mais aussi de de quatre missiles Mica (portée 50k, deux en version -EM à guidage radar et deux en version -IR à guidage infrarouge), ainsi qu'un réservoir supplémentaire.

Rafale grec.jpg
Après plusieurs mois de formation en France, les équipages et personnels ont pu ouvrir la première base opérationnelle dans le pays ©
Rafale grec.jpg

Une montée en puissance pour la Grèce

L'entrée en fonction du Rafale est une très claire montée en puissance pour la Grèce dans un contexte de tensions avec la Turquie en mer Égée. Le contrat comprend, en plus des 6 appareils d’occasion déjà livrés, encre 6 autres appareils d’occasion, puis 6 nouveaux appareils (pour un total de 14 Rafale monoplaces qualifiés de Rafale EG et 4 Rafale biplaces, ou Rafale BG). Le choix des appareils d’occasion s’explique par une volonté d’acquérir rapidement des avions modernes de la part d’Athènes. Afin de combler le départ de ces 12 appareils, l’Armée de l’Air et de l’Espace a décidé de racheter 12 Rafale à Dassault.

Ce contrat de 2.5 milliards d’euros comprend également un support logistique et la livraison de missile par MBDA : missiles Meteor (air-air BVRAAM), Mica (air-air moyenne portée) SCALP (air-sol longue portée) et enfin AM39 Exocet (missile antinavire).

Le 21 juillet 2021, la Force aérienne grecque avait déjà pris livraison des six appareils mais ils étaient basés au centre d’entrainement et de conversion de Bordeaux-Mérignac (Gironde) afin de permettre aux pilotes et personnels au sol de se familiariser avec les appareils. La Force aérienne grecque devrait recevoir les autres Rafale vers la fin de l’année 2022 et voleront en Grèce pour l’été 2023.

La coopération entre la Grèce et la France s'est également concrétisée par la signature d’un contrat de trois milliards d’euros pour la livraison à Athènes de trois frégates de défense et d’intervention de Naval Group (FDI).

Rafale grec.jpg
Quatre Rafale biplaces ont été commandés, dont 2 dans la première commande de 6 appareils d'occasion © Dassault Aviation
Rafale grec.jpg

Le Rafale à l’export : une division entre deux blocs

Les tensions au Moyen-Orient et en mer Égée ont vu la constitution de deux blocs entre les utilisateurs du Rafale : l’Egypte, la Grèce et les Emirats arabes unis –qui sera le premier utilisateur du Rafale F4 à l’export– d’un côté, contre le binôme Qatar-Turquie. Les deux pays ont par ailleurs récemment signé un accord afin de permettre à la Turquie d'analyser les Rafale du Qatar (voir dans notre article détaillé sur cet événement).

Outre la France et la Grèce, les Rafale volent actuellement au Qatar, en Inde, en Egypte, et bientôt en Croatie et aux Emirats arabes unis, alors que d'autres prospects pourraient trouver une concrétisation dans les prochains mois.

 

La Turquie a été exclue du programme F-35, ne peut pas moderniser ses F-16 et ne peut espérer recevoir son chasseur indigène avant la prochaine décennie... Elle est donc dépassée par tous ses compétiteurs équipés de Rafale.
La Turquie a été exclue du programme F-35, ne peut pas moderniser ses F-16 et ne peut espérer recevoir son chasseur indigène avant la prochaine décennie... Elle est donc dépassée par tous ses compétiteurs équipés de Rafale. © DR
La Turquie a été exclue du programme F-35, ne peut pas moderniser ses F-16 et ne peut espérer recevoir son chasseur indigène avant la prochaine décennie... Elle est donc dépassée par tous ses compétiteurs équipés de Rafale.

Répondre à () :

Itoua Jean pelerin | 22/01/2022 15:38

Je voudrais recevoir les informations de votre site..enfrançais. .

Hannosset | 23/01/2022 00:19

C’est tout à fait possible, monsieur.

GUÉDET-GUÉPRATTE | 23/01/2022 15:40

Bonjour, quels sont les numéros de série des Rafales grecs ?

Hannosset Étienne | 24/01/2022 23:25

Monsieur Powis ne les connaît pas.

Hannosset Étienne | 25/01/2022 00:15

Avec la version F4, il est clair que le Rafale "fera la loi" . Va t il enfin être "combat proven?".

Petrau | 26/01/2022 13:57

Le 20 janvier, devant la presse, le ministre Indonésien de la défense a déclaré que le contrat d'achat d'avions Rafale était prêt à être signé, sans donner de précisions sur le nombre d'appareils. Restons prudent, il faut attendre la signature pour que ce contrat soit effectif. Si tel est le cas, ce sera un beau succès pour cette belle entreprise qu'est Dassault Aviation et pour tout le team Rafale

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité