0
Aviation Civile
La DGAC suspend la licence d’un pilote à la suite de l’affaire des turbulences de SpiceJet
La DGAC suspend la licence d’un pilote à la suite de l’affaire des turbulences de SpiceJet
© SpiceJet

| Antoine Gardelle 320 mots

La DGAC suspend la licence d’un pilote à la suite de l’affaire des turbulences de SpiceJet

Le vol SpiceJet Mumbai - Durgapur avait rencontré de fortes turbulences lors de sa descente, faisant 17 blessés dont 14 passagers et trois membres d'équipage.

Licence suspendue

La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) en Inde a suspendu la licence d'un pilote de SpiceJet à la suite d'une enquête sur un incident de fortes turbulences. L'incident s'est produit le 1er mai 2022 et a blessé 15 personnes à bord, dont des passagers et le personnel de cabine. Deux passagers ont subi des blessures graves et ont été placés dans des unités de soins intensifs (ICU).

Un responsable de DGAC a déclaré que le copilote avait suggéré aux commandants de bord de contourner une zone de nuageuse. Cependant, le commandant de bord a pris la décision de passer dans cette zone, en croyant passer dans une zone verte indiquée par le radar météo du Boeing 737-800, engendrant de fortes turbulences.

Immédiatement après l'incident, les deux pilotes ont été relevés de leurs fonctions, tandis que quelques membres du personnel de maintenance qui avaient autorisé l'avion à effectuer le vol suivant ont également été suspendus. L'avion avait plusieurs composants cassés dans la cabine des passagers, conséquence directe de l'incident. Selon l'agence de presse ANI, le Boeing 737 a subi des forces comprises entre +2,46 G et -1,36 G pendant les turbulences.

Radar météorologique défectueux

La compagnie aérienne SpiceJet a connu de nombreux problèmes de sécurité des vols ces derniers temps. The Indian Regulator a mis en garde la compagnie aérienne contre l'utilisation fréquente des MELs (liste d’équipements minimum) et l'a contrainte à réduire de moitié ses opérations. La majeure partie des problèmes de la compagnie est due à des difficultés financières qu’elle a connues au cours des derniers mois. Le premier réflexe des autorités enquêtant sur l'incident de Durgapur a été de regarder le radar météo de l'avion. Le Bureau d'enquête sur les accidents d'aéronefs (AAIB) de l'Inde a constaté que les pilotes de l'avion avant le vol en question avaient rencontré et signalé certains problèmes de fiabilité du radar météorologique, alertant sur les conditions dégradées en vol.

licence Pilote Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC) Boeing 737-800


Répondre à () :

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité