3
Défense
L'Inde arrête les négociations avec la Russie pour 10 Ka-31
L'Inde arrête les négociations avec la Russie pour 10 Ka-31
© Indian Navy

| Gaétan Powis 562 mots

L'Inde arrête les négociations avec la Russie pour 10 Ka-31

L'Inde a mis en pause indéfiniment les négociations avec la Russie concernant l'achat de 10 hélicoptères Ka-31 de guet aérien. Ces hélicoptères devaient notamment opérer sur le porte-avions INS Vikrant dont l'entrée en service est prévue pour le mois de juillet 2022.

Mise en pause... indéfinie

En mai 2019, l'Inde entamait des négociations avec la Russie en vue d'acheter des hélicoptères d'alerte avancée aéroportée (AEW) Ka-31. Ces négociations sont arrêtées suite à la pandémie de COVID qui entrainait des délais trop longs et le prix par hélicoptère trop élevé. Les discussions reprennent ensuite en février 2022 mais ces négociations sont désormais au point mort d'après DefenseNews, qui cite une source anonyme au sein même du Ministère de la Défense indien. D'après cette source, l'Inde a suspendu les négociations suite aux incertitudes concernant la construction des hélicoptères mais aussi les problèmes liés au paiement. Il faut aussi envisager que l'Inde ait subi des pressions de la part d'autres pays afin de diminuer les apports financiers de la Russie suite à la guerre en Ukraine.

Ces hélicoptères sont pourtant fortement demandés par la Marine indienne puisqu'ils doivent notamment intégrer le groupe aérien embarqué du porte-avions INS Vikrant. Ce porte-avions (de type STOBAR) entame actuellement ses derniers essais avant sa mise en service prévue en juillet de cette année.

L’œil héliporté de la flotte

Le Ka-31 se base sur la structure de l'hélicoptère de transport d'assaut Ka-29TB. Sa mission est la détection longue distance des menaces navales et aériennes. Développé à partir de 1985 par Kamov, il voit son entrée en service repoussée 10 ans plus tard suite à la chute de l'URSS. 

Cet hélicoptère à rotor contrarotatif est équipé d'un radar E-801M Oko (ou en version E pour l'export) qui se déploie sous la forme d'un grand rectangle sous l'hélicoptère, comme montré sur la photo de couverture. En cas d'urgence, il peut larguer l'antenne grâce à une charge explosive. Afin d'augmenter au maximum l'efficacité du radar, le train d’atterrissage est rétractable et l'hélicoptère est équipé du système automatique de contrôle de vol SAU-37D (permet de stabiliser l'hélicoptère). Sa portée de détection est estimée à 150 km pour les avions et 250 km pour des navires de petites taille. Il ne dispose pas d'opérateur en interne (seulement un pilote et un copilote) et transmet donc, via une liaison sécurisée, les informations qu'il récolte au bateau-mère. La portée de cette liaison est d'environ 150 km.

En termes de vitesse et d'autonomie, le Ka-31 peut voler à maximum 250 km/h, son endurance est de 2,5 heures et sa distance maximale est de 600 km. Lorsque le radar est déployé, l'hélicoptère effectue une patrouille à environ 3,5 km d'altitude à une vitesse maximale de 100 km/h.

Les Ka-31 indiens

Actuellement, la Marine indienne opère déjà 14 Ka-31 :

  • 4 Ka-31 commandés en 1999 et livrés en 2003 pour 92 millions de dollars
  • 5 Ka-31 commandés en 2001 et livrés entre 2003 et 2004 pour 108 millions de dollars
  • 5 Ka-31 commandés en 2009 et livrés en 2013 pour 198 millions de dollars

Pour l'instant, il existe très peu d'hélicoptères disponibles dans une version AEW ; le Sea King AEW devient trop vieux et le Z-18J chinois ne peut être choisi pour des raisons géopolitiques (tensions entre la Chine et l'Inde). Ainsi, dans le cas où l'Inde choisirait de remplacer cette commande de 10 Ka-31, il ne lui resterait plus que le EH-101 AEW ou prospecter le développement d'une version AEW auprès de constructeurs d'hélicoptères. Si la seconde solution est choisie, elle prendra un certain temps et la Marine indienne aura donc un manque capacitaire dans ses éléments d'alerte avancée aéroportée.

Russie Ka-31 Kamov Inde porte-avions


Répondre à () :

JP | 17/05/2022 15:59

La marine indienne se retrouve dans la même situation que la marine britannique qui ne dispose pas d'appareils de guet aérien pour équiper ses deux gros porte- aéronefs. Un sacré trou dans la raquette !

| 17/05/2022 17:24

jmarc G. l'inde se rend compte de la complexité en entretien et maintenance des hélicos Kamov, donc des coûts engendrés, bien pour ces raisons que Airbus Hélico refuse le système contre rotatif. En plus les hélicos russes consomment bien plus que les autres, la situation de guerre met en évidence les défauts.

| 17/05/2022 19:39

@Gaetan Powis. Merci monsieur Powis pour cette information intéressante. Comment ne pas y voir non seulement une conséquence des sanctions du monde occidental à l’égard de la Russie, dont les capacités de production militaire deviennent très problématiques, mais également un nouveau succès diplomatique des USA qui ramène l’Inde dans le giron occidental. Comment ne pas voir un lien avec la possibilité évoquée il y a peu par les USA de mettre à la disposition des pays amis, toute leurs technologies les plus avancées (comme démontré en Ukraine) dans la surveillance et le guet aérien. Ne soyons pas surpris si d’ici peu, l’Inde et les USA annoncent une collaboration à cet égard. Bien cordialement.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité