0
Défense
Déroulé du défilé militaire du 9 mai 2022
Déroulé du défilé militaire du 9 mai 2022
© Reuters

| Gaétan Powis 1028 mots

Déroulé du défilé militaire du 9 mai 2022

Chaque 9 mai, un défilé des Forces armées russes est organisé sur la Place Rouge de Moscou pour commémorer la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Le défilé aérien de cette année sera marqué par la présence d'un Il-80 de commandement aéroporté. Cependant, avec la guerre en Ukraine, quelques types de véhicules et d'avions ne seront pas présentés.

Défilé aérien

Hélicoptères

Cette année, 15 hélicoptères survoleront la Place Rouge :

  • 1 hélicoptère de transport lourd Mi-26
  • 2 hélicoptères de combat Mi-24
  • 3 hélicoptères de combat Ka-52
  • 3 hélicoptères de combat Mi-28
  • 3 hélicoptères de transport moyen Mi-8
  • 3 hélicoptères de combat Mi-24

Avions

Comme l'année passée, ce sera l'aviation de transport qui ouvrira le défilé aérien des avions :

  • 3 avion de transport Il-76
  • 1 avion ravitailleur Il-78 et 2 avion de combat MiG-29
  • 1 avion de commandement aéroporté Il-80 (plus d'informations ci-après) et 2 autres MiG-29
  • 1 bombardier stratégique Tu-95MS et 4 avions de combat Su-35
  • 3 bombardiers Tu-22M3
  • 4 avions de combat MiG-31K (l'image et les formes présentées montrent qu'ils seront équipés du missile hypersonique Kh-47M2 Kinjal)
  • Un autre Il-78 avec son tuyau de ravitaillement déroulé, 1 bombardier stratégique Tu-160 et 4 MiG-31
  • 4 bombardiers Su-24
  • 4 MiG-31BM
  • 4 avions de combat Su-57
  • 8 MiG-29SMT (en formation "Z", en référence à l'un des sigles utilisés par les troupes russes en Ukraine)

Le défilé aérien se clôturera par une formation mixte de Su-30 et MiG-29 des patrouilles aériennes "Chevaliers russes" et "Swifts" (ils lâchent en générale des leurres infrarouge lors de leur passage), suivi de 6 avions d'attaque Su-25 (équipés des fumigènes blanc-bleu-rouge du drapeau russe).

Il existe plusieurs différences entre le défilé 2022 avec celui de l'année dernière :

  1. Aucun changement majeur du côté des hélicoptères, sauf une diminution quantitative (3 Mi-26 et 4 formations de 5 hélicoptères) et qualitative (aucun Mi-35 annoncé).
  2. Apparition d'un Il-80
  3. Beaucoup de MiG-29, apparition de trois Tu-22M3
  4. Aucun avion de combat Su-34 et Su-30 (excepté les 5 Su-30 de la patrouille des Chevaliers russes).
Défilé 2021.jpg
Défilé aérien de 2021. ©
Défilé 2021.jpg
Défilé 2022.jpg
Défilé aérien de 2022. ©
Défilé 2022.jpg

Quelques précisions sur l'Il-80

L'Il-80 Aimak/Maxdome est l'équivalent russe des E-4B américain : c'est un avion qui doit transporter le Président russe dans le cas d'une guerre nucléaire. L'avion ne comporte aucun hublot, les seules vitres sont présentes dans le cockpit. Il s'agit d'éviter une quelconque exposition de l'équipage à un ou plutôt plusieurs flash engendrés par plusieurs explosions de bombes nucléaires. Deux portes sont utilisables pour entrer ou sortir de cet avion ; avant-bâbord/gauche et arrière-tribord/droite.

Certains médias ont récemment annoncé que cet avion était un bunker volant pouvant résister à une explosion atomique. Ce n'est bien évidemment pas le cas ; l'avion serait désintégré s'il se trouvait au centre d'une explosion de ce type. Par ailleurs, s'il ne se trouve pas assez loin, le souffle généré par l'explosion peut également le détruire. En revanche, l'avion est protégé des impulsion électromagnétique nucléaire (NEMP). En effet, lors de chaque explosion nucléaire, une onde électromagnétique est générée et peut détruire tout appareil électrique dans une certaine zone. Il est donc nécessaire pour cet appareil d'être protégé de ce type de danger. C'est aussi dans cette optique que l'Il-80 emporte aussi deux générateurs électrique auxiliaires situés entre le fuselage et les moteurs. La communication est assurée grâce aux antennes située dans le dôme à l'avant mais aussi grâce à une antenne VLF déroulante pour communiquer avec les sous-marins stratégiques. 

En 2020, la Russie annonçait que ces appareils allaient être remplacés par des Il-94-400M. 

Cet avion a déjà fait la une des journaux puisqu'en décembre 2020, Reuters publiait que la police russe enquêtait sur le vol de 39 "unités électroniques" appartenant à l'un de ses Il-80, alors en maintenance sur un aéroport. Ce vol pose bien sûr la question de la sécurité de autour de cet appareil hautement stratégique (article de Reuters).

Un Il-80 russe de commandement aéroporté.
Un Il-80 russe de commandement aéroporté. On aperçoit les deux systèmes électrique auxiliaires entre le fuselage et les ailes, ainsi que le radôme des systèmes de communication à l'avant de l'avion. © Reuters
Un Il-80 russe de commandement aéroporté.

Un défilé terrestre réduit

Le défilé militaire motorisé comporte plusieurs différences par rapport au défilé de 2021 :

  1. 16 groupements seront présentés contre 22 l'an passé
  2. Le nombre de véhicules blindés léger et de véhicules blindés de combat d'infanterie sera réduit
  3. Aucun char T-80 ne sera visible
  4. Du côté de l'artillerie, aucun lance-roquettes multiples TOS-1 et automoteur d'artillerie 2S35 ne défilera
  5. Enfin, on notera l'absence totale des systèmes antiaériens mobiles Pantsir

D'après les services de renseignement ukrainiens, certains axes importants de Marioupol sont en train d'être nettoyés par les Russes, dans l'optique d'une célébration du 9 mai. Côté russe, le Ministre de la Défense russe, Sergeï Choïgou, a précisé hier que les célébrations de cette année mobiliseront 65.000 personnes, 2.400 véhicules et 460 avions éparpillés dans 28 villes russes. Il ne précise toutefois pas quelles villes sont concernées.

Défilé 2021.jpg
Défilé terrestre de 2021. ©
Défilé 2021.jpg
Défilé 2022.jpg
Défilé terrestre de 2022. ©
Défilé 2022.jpg

Une tradition soviétique

Le 7 mai 1945, le général Alfred Jodl signe formellement, pour l'Allemagne nazie, l'acte de capitulation à Reims. Le Général Walter Bedell Smith signe pour le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF), comprenant donc toutes les forces alliées présentes sur l'Ouest de l'Europe. Le Général Ivan Susloparov signe pour le Haut Commandement soviétique et enfin, le général François Sevez signe l'acte en tant que témoin.

Lorsque Staline apprend cette signature, le Haut Commandement soviétique annonce au SHAEF que Susloparov n'avait pas l'autorité pour signer, rendant l'acte de capitulation caduque. C'était un prétexte pour organiser une cérémonie dirigée par les Soviétiques vainqueur, dans Berlin, capitale du vaincu. Ainsi donc, le 8 mai 1945, le Maréchal Wilhelm Keitel (Wermacht), l'Amiral Hans-Georg von Friedeburg (Kriegsmarine) et le Général Hans-Jürgen Stumpff (Luftwaffe) signent l'acte de capitulation. L'acte est également signé par le maréchal Zhukov (Armée rouge) et le Maréchal de l'Air Arthur William Tedder (SHAEF). Il ne devait y avoir que le Général Carl Spaatz comme témoin mais le Général Jean de Lattre de Tassigny, envoyé à Berlin en dernière minute par le Général de Gaulle, arrive à convaincre les Soviétiques et signent également en tant que témoin.

La capitulation est effective le 8 mai à 23h01, heure d'Europe centrale (CET, heure de Paris) mais avec le décalage horaire, il est 01h01 du matin à Moscou. Ainsi, cela explique pourquoi les Russes fêtent la fin de la guerre en Europe le 9 mai, contrairement à la presque totalité de l'Europe qui fête cela le 8 mai. Lors de la chute de l'URSS et la création de la Russie, le gouvernement décide de ne plus faire défiler les Forces armées, rompant ainsi cette tradition soviétique existant depuis 1946. Lorsque Vladimir Poutine arrive au pouvoir, il réinstaure ce défilé afin de promouvoir le prestige et surtout la puissance du pouvoir en place, tout en gardant un côté historique.


Répondre à () :

| | Connexion | Inscription